/world/guerre-en-ukraine
Navigation

Ukraine: quelle «voie de sortie» possible pour un Poutine acculé?

Ukraine: quelle «voie de sortie» possible pour un Poutine acculé?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Son armée accumule les revers, des fissures apparaissent en Russie même, mais rien ne semble arrêter la «fuite en avant» de Vladimir Poutine en Ukraine. Entre négociations, impossibles à ce stade, et menaces nucléaires du président russe, aucun scénario de sortie de guerre ne se dessine. 

• À lire aussi: Ukraine: quelques gains russes, mais Kyïv garde l’initiative

• À lire aussi: «Pas d'indications» que la Russie se prépare «de manière imminente» à utiliser l'arme nucléaire

• À lire aussi: Russie: la vedette du rap Oxxxymiron et l’écrivain Gloukhovski désignés «agents de l’étranger»

Avec l’annexion de territoires ukrainiens, la mobilisation de centaines de milliers de Russes et la réthorique enflammée du Kremlin, «on s’éloigne plus d’une solution qu’on s’en approche», résume la chercheuse Marie Dumoulin, de l’European Coucil on Foreign Relations (ECFR).

Pour la France, Vladimir Poutine est lancé dans une «fuite en avant». Les États-Unis, eux, mettent en garde contre une «apocalypse nucléaire», et s’interrogent sur les options de Vladimir Poutine.

«Comment peut-il s’en sortir? Comment peut-il se positionner de façon à ni perdre la face, ni perdre une portion significative de son pouvoir en Russie?», a déclaré jeudi le président Joe Biden, illustrant les questions qui hantent les chancelleries occidentales quant aux buts du président russe et la façon de mettre fin à la guerre.

«La seule sortie de ce conflit, c’est que la Russie quitte l’Ukraine», a lancé depuis Prague la première ministre finlandaise Sanna Marin, opposée comme les pays d’Europe de l’est à tout compromis avec la Russie de Vladimir Poutine.

Mais le retrait russe n’est pas à l’ordre du jour.

Pas de négociations à court terme 

Des négociations de paix sont inenvisageables dans le contexte actuel, et l’avenir se joue sur le front militaire, où l’Ukraine a repris l’offensive.

«Nous sommes toujours dans un temps de la guerre», a reconnu jeudi, dans une interview à des journaux d’Europe de l’Est, Emmanuel Macron, longtemps soupçonné d’avoir poussé à des négociations et d’avoir été trop conciliant vis-à-vis de la Russie.

Pour autant, la guerre «se terminera par un traité de paix, mais au moment et dans les termes choisis par les Ukrainiens», a-t-il ajouté – même si Paris répète qu’une sortie de guerre devra aussi prendre en compte les impératifs de sécurité européens.

Côté ukrainien, «ils ne s’arrêteront pas avant d’avoir reconquis les territoires et d’avoir infligé une défaite militaire à la Russie» estime Mme Dumoulin, de retour d’Ukraine. Tout en admettant ignorer «à quel moment les Ukrainiens considèreront avoir regagné suffisamment de territoires», ni si la reconquête de la Crimée sera toujours sur la table.

«Blessé et dangereux» 

Qualifié par des diplomates d’«ours blessé», et donc de plus en plus dangereux, Vladimir Poutine reste opaque, illisible, et personne ne sait jusqu’où prendre au sérieux son «chantage nucléaire».

«Aujourd’hui il est en difficulté, il y a une guerre qu’il n’arrive pas à gagner, qu’est ce qui le satisferait? On n’a pas de réponse. Mais l’escalade verticale est un risque. Un dictateur ne peut pas perdre une guerre, car s’il perd cela veut dire qu’il est mort», commentait récemment une source diplomatique française.

Nombre d’analystes exhortent l’Europe et les États-Unis à ne pas céder au «chantage nucléaire» de Vladimir Poutine et à rester solide dans leur soutien à l’Ukraine.

Le président russe «est en train de perdre la guerre conventionnelle qu’il a lancée. Il espère que les références aux armes nucléaires dissuaderont les démocraties de livrer des armes à l’Ukraine et lui permettront de gagner du temps pour ralentir l’offensive ukrainienne», écrit l’historien américain Timothy Snyder sur son site.

«La Russie essaye de gagner du temps dans l’espoir que les pays européens vont s’effondrer avant elle», estime aussi le chercheur Joris von Bladel dans une note pour le Belgian Royal Institute for International Relations.

Craquements russes?

Une «porte de sortie», littéralement, serait l’effondrement du régime de Poutine, estiment des chercheurs.

Ils s’appuient sur les signes de mécontentement récemment apparus au sein de l’élite russe face aux défaites en Ukraine, notamment les critiques acerbes du dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov ou du fondateur du groupe paramilitaire Wagner, Evgueni Prigojine.

Plusieurs officiels et propagandistes ont aussi critiqué la manière chaotique et aléatoire dont est menée la mobilisation partielle qui a poussé des dizaines de milliers de Russes vers l’exil.

L’élite russe, contrairement à Poutine, ne voit pas l’Ukraine comme «un problème existentiel» pour la Russie, rappelle Tatiana Stanovaya, chercheuse au Carnegie.

«La question clé est de savoir si les élites russes et la société en général sont préparées à le suivre dans son voyage vers l’enfer, ou si Poutine, en doublant la mise de son pari désastreux en Ukraine, a seulement ouvert la voie à sa propre chute», écrit-elle pour Foreign Policy cette semaine.

Selon le Washington Post vendredi, un membre du cercle proche de Poutine lui aurait directement exprimé son désaccord sur la façon de mener la guerre en Ukraine. Toutefois, il n’y a pas de signes que le régime soit sur le point d’être renversé, selon les sources du renseignement interrogées par le journal.

«Il ne faut pas prendre nos rêves pour des réalités», tempère également Marie Dumoulin, pour qui les tensions entre «clans internes au système» ne remettent pas en cause le président russe lui-même.

«Personne ne sait quand ça arrivera, selon quel scénario, et qui viendra après Poutine», conclut-elle.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.