/news/society
Navigation

La plus vieille maison de Gentilly démolie?

Coup d'oeil sur cet article

Patrimoine Bécancour veut sauver une des plus anciennes maisons de Gentilly, au Centre-du-Québec, récemment acquise par la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour. 

• À lire aussi: L’intelligence artificielle pour mieux gérer la main-d’œuvre dans le port de Montréal

• À lire aussi: Engouement inquiétant pour les corgis au Québec depuis la mort de la reine

Depuis mai dernier, la société d’État est propriétaire de la résidence de l’avenue des Cendrés à proximité de la rivière Gentilly. Il s’agit de la dernière maison de l’ancien village situé non loin de la centrale nucléaire.

«Vers 1850, l’église était bâtie sur le bord du fleuve et de la rivière Gentilly. Il y a eu des inondations et des gens ont décidé de la déménager. C’est à ce moment qu’ils se sont installés là où se trouve l’actuel village. En n’ayant pas d’église ni presbytère dans le secteur, les gens ont tout simplement quitté les lieux. C’est donc la dernière maison restante», a expliqué Raymond Cormier, le président de Patrimoine Bécancour.

Dans les dernières semaines, il a envoyé des lettres aux élus et aux dirigeants du parc pour les sensibiliser au passé historique de la maison. Son objectif est d’éviter qu’elle passe sous le pic des démolisseurs.

«Ils ne veulent pas qu’il y ait d’habitants à proximité de l’industrie lourde, donc ils l’ont achetée pour la démolir», a-t-il précisé.

«C’est certain qu’on est sensible. On n’a pas l’intention de précipiter une démolition», a mentionné le PDG du parc industriel, Donald Olivier. Ce dernier se dit d’ailleurs ouvert aux propositions pour sauver la maison qui est plus de deux fois centenaire.

«L’idée qui aurait le plus de chance d’être viable est un démantèlement et une reconstruction ailleurs. Je ne dis pas que de faire quelque chose sur l’emplacement, c’est impossible. Il faut le regarder en fonction de ce qui sera proposé par un regroupement de citoyens ou une autre partie prenante», a mentionné M. Olivier.

Patrimoine Bécancour sait que le sauvetage de cette maison sera onéreux. Son président invite les nouveaux propriétaires à donner la maison et y verser le montant qui serait engendré par la démolition de l’édifice au promoteur donnera une nouvelle vie au bâtiment.

La Ville de Bécancour a confirmé qu’aucun permis de démolition n’a été demandé concernant la maison qui a notamment été habitée par Lucien Dubois, député fédéral de Nicolet entre 1930 et 1948.Le bâtiment est toujours occupé par les anciens propriétaires. Ils ont vendu la maison à la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour pour plus de 400 000 $ en mai dernier. Ils quitteront les lieux dans les prochains mois.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.