/entertainment/movies
Navigation

(Re)découvrir Jamie Lee Curtis en cinq films

Jamie Lee Curtis
Photo AFP Jamie Lee Curtis

Coup d'oeil sur cet article

Baronesse britannique, auteure de livres pour enfants, activiste, productrice, grande amatrice de jeux vidéo, marraine de Jake Gyllenhaal et détentrice de deux brevets de couches pour bébés, Jamie Lee Curtis est aussi à l’affiche du nouveau Halloween, rôle qu’elle tient depuis 44 ans, un record de longévité qui lui assure une place à part à Hollywood. 

La nuit des masques (1978)

La fille de Tony Curtis et de Janet Leigh (célèbre pour son rôle dans Psychose d’Alfred Hitchcock) fait, par sa naissance, partie du gratin d’Hollywood. Mais Jamie Lee Curtis n’a aucune intention de profiter du népotisme ambiant ; elle abandonne ses études de droit et gravit les échelons toute seule, débutant avec de minuscules rôles dans des séries télévisées à succès telles que Quincy, M.E., Drôles de dames ou même Columbo. Puis, alors qu’elle n’a que 19 ans, John Carpenter lui offre le rôle de Laurie Strode et un salaire de 8000 $. Elle accepte. À la sortie du film, les critiques ne sont pas tendres – Roger Ebert, par contre, le choisit comme l’un de ses 10 films préférés de l’année –, mais le bouche-à-oreille fonctionne et les revenus sont au rendez-vous. Car, avec un box-office de 70 millions $US, le premier long métrage de la franchise Halloween devient l’un des films indépendants les plus rentables de l’année. Pas moins de 12 productions dérivées plus tard, La nuit des masques est un film culte, premier «slasher» qui a consacré Jamie Lee Curtis comme la Scream Queen parfaite.

Un poisson nommé Wanda (1988)

Évidemment, John Carpenter la rappelle pour Le brouillard, son film suivant et Jamie Lee Curtis se retrouve inondée d’offres de rôles dans des films d’horreur. Le cinéaste la dirige ensuite dans Halloween 2: le masque (1981) et on entend sa voix dans Halloween 3: le sang du sorcier (1982). Elle effectue également quelques détours dans des comédies ou drames romantiques et s’impose comme sex-symbol avec Perfect (1985) dans lequel elle donne la réplique à un John Travolta transi d’amour. Puis, John Cleese des Monthy Python écrit le scénario d’Un poisson nommé Wanda et le réalisateur Charles Crichton lui donne le rôle de Wanda, petite amie fort délurée de l’Américain Otto (Kevin Kline). La comédie déjantée est un triomphe mondial et reçoit trois nominations aux Oscars, Kevin Kline s’emparant de la statuette du meilleur acteur de soutien.

Vrai mensonge (1994)

Dans la foulée, Jamie Lee Curtis délaisse quelque temps les films d’horreur, se tournant vers les longs métrages d’action. Elle accepte ainsi de tourner Blue Steel (1990) avec Kathryn Bigelow – ex-épouse de James Cameron – sans pour autant refuser des comédies romantiques comme Une seconde chance (1992) avec Mel Gibson. Parallèlement, James Cameron a trouvé son Terminator en la personne d’Arnold Schwarzenegger. Et lorsque le réalisateur canadien a l’idée de porter à l’écran son scénario de Vrai mensonge, une comédie d’espionnage et d’action, il donne le rôle de l’épouse de Schwarzenegger à l’actrice de 36 ans qui, du coup, remporte une nomination aux Golden Globes. Et son statut de femme qui fait rêver est à ce point confirmé qu’elle décroche un contrat publicitaire pour la marque de collants Legs... et qu’elle fait assurer ses jambes pour 1 million $US.

Un vendredi dingue, dingue, dingue (2003)

Si Jamie Lee Curtis demeure fidèle au rôle de Laurie Strode qui a lancé sa carrière – avec Halloween H20: Vingt ans plus tard en 1998 puis Halloween: La Résurrection en 2002 –, elle poursuit sa carrière, diversifiant ses rôles en effectuant notamment une apparition dans Le tailleur de Panama, sorti en 2001. Celle qui ne se prend jamais au sérieux devient ensuite la mère de Lindsay Lohan dans la comédie Un vendredi dingue, dingue, dingue et l’amitié entre les deux actrices perdure à ce jour.

Tout, partout, tout à la fois (2022)

Jamie Lee Curtis prend une semi retraite en 2008 afin de se consacrer à sa famille et à ses deux enfants. Elle se fait discrète, tout en continuant d’incarner Laurie Strode, de doubler quelques dessins animés et de se lancer dans la production avec son filleul Jake Gyllenhaal pour le documentaire Hondros sur le photographe de guerre Chris Hondros. Puis, parce qu’elle aime les défis, elle devient employée du ministère du Revenu dans la comédie déjantée de science-fiction Tout, partout, tout à la fois, et a confié, sur les ondes de la télévision française, que sa scène d’amour avec Michelle Yeoh était la plus belle qu’elle ait jamais tournée.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.