/world/europe
Navigation

Royaume-Uni: changement de cap économique en vue mais Truss toujours en situation précaire

Vous voyez cet article car vous êtes connecté.

Article réservé aux utilisateurs connectés. Se connecter

Royaume-Uni: changement de cap économique en vue mais Truss toujours en situation précaire
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau ministre britannique des Finances Jeremy Hunt a pointé samedi les «erreurs» du gouvernement et prévenu qu'il prendrait des «décisions très difficiles» face à la crise traversée par le pays, un changement de cap qui pourrait ne pas suffire à sauver la première ministre Liz Truss.

«Truss se bat pour sa survie», a titré samedi The Times, qui écrit que «même à Downing Street, des hauts responsables pensent que ce n'est qu'une question de temps avant qu'elle ne soit forcée de partir». 

«Truss s'accroche au pouvoir», a affiché en Une le Daily Telegraph, le journal conservateur affirmant que des parlementaires Tories complotent toujours pour qu'elle quitte au plus vite la tête de l'exécutif.

«Que peut-elle encore (et nous tous) supporter ?», a interrogé le Daily Mail, qui estime que la journée de vendredi a vu «le chaos, la confusion et les volte-face atteindre des extrêmes inédits».

S'exprimant publiquement pour la première fois depuis sa nomination vendredi, le nouveau ministre des Finances Jeremy Hunt a affirmé samedi sans détour «des erreurs ont été » par la première ministre Liz Truss et son prédécesseur au ministère des Finances Kwasi Kwarteng, limogé la veille en pleine crise économique qui a tourné à la crise politique au sein du parti conservateur.

«La première ministre l'a reconnu et c'est pour cela que je suis là», a-t-il ajouté sur la chaîne de télévision Sky news.

Hausses d'impôts

Ce proche de Rishi Sunak, l'ancien ministre des Finances de Boris Johnson et adversaire de Liz Truss dans la campagne pour Downing Street, a pour mission de reprendre en main le mini-budget annoncé le 23 septembre et très mal accueilli par les marchés, une bonne partie du parti conservateur et la population britannique.

«Ce que je peux faire, c'est montrer que nous pouvons financer nos projets sur les impôts et les dépenses et cela va nécessiter des décisions très difficiles», a prévenu M. Hunt, qui s'apprête ainsi à abandonner de nombreuses promesses de campagne de la première ministre.

Il a notamment annoncé que «les dépenses n'augmenteront pas autant que les gens le voudraient», que «certains impôts ne seront pas réduits aussi vite que les gens le voudraient», et que d'autres «augmenteront», allusion notamment à la nouvelle concession annoncée vendredi par Liz Truss.

La première ministre a dû renoncer à conserver le taux d'impôt sur les sociétés à 19 %, se résignant à l'augmenter à 25 %, comme prévu par le précédent gouvernement conservateur. Il y a deux semaines, elle avait déjà dû abandonner une baisse d'impôt pour les ménages les plus riches face à la bronca suscitée par cette mesure, y compris parmi les conservateurs.

Manque de confiance

La nomination de Jeremy Hunt doit permettre autant de rassurer les marchés que de calmer la fronde chez les Tories.

Une de ses premières actions comme nouveau ministre a été de s'entretenir avec Andrew Bailey, le gouverneur de la Banque d'Angleterre, qui a dû agir en urgence pour calmer les marchés après la présentation du mini-budget.

Jeremy Hunt apparaît désormais comme l'homme fort du gouvernement, selon les médias britanniques, quand la première ministre Liz Truss est considérablement affaiblie par ses revirements. Et sa conférence de presse vendredi n'a pas convaincu.

Après sa prise de parole, les marchés continuaient de punir la livre sterling et le coût de la dette britannique, en repli depuis plusieurs jours, remontait légèrement vendredi, au moment aussi où la Banque d'Angleterre cessait son action d'urgence pour apaiser les marchés.

Pour le Financial Times, Truss a sacrifié Kwarteng «dans un pari pour sauver» sa tête à Downing Street mais «la seule chose qui unit le parti (conservateur) est le manque de confiance en Truss».

Vendredi, la Première ministre avait éludé les questions sur son sort personnel, martelant qu'elle restait «absolument déterminée» à déployer sa politique.

«Je me sens trompé, totalement trompé», a estimé sur la BBC le député conservateur Christopher Chope, jugeant Liz Truss «en totale opposition avec tout ce qu'elle avait soutenu lors de son élection».

Mais dans son camp, on agite aussi le spectre d'une défaite cuisante à ceux des conservateurs qui seraient tentés de provoquer des élections générales, au moment où l'opposition travailliste caracole en tête des sondages.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.