/finance
Navigation

Inflation: les consommateurs et les entreprises ne s’attendent pas à une amélioration

Coup d'oeil sur cet article

Les consommateurs et les entreprises sont de plus en plus pessimistes au sujet de l’inflation et s’attendent à ce que la situation économique se détériore. La plupart estiment d’ailleurs que le pays entre en récession, selon deux enquêtes publiées lundi par la Banque du Canada. 

• À lire aussi: Revenu Québec: un programme pour les PME et travailleurs autonomes offert

• À lire aussi: Gel de prix sur 1500 produits chez Provigo et Maxi pour contrer l'inflation

Les enquêtes sur les attentes des consommateurs et les perspectives des entreprises au Canada au cours du troisième trimestre 2022 révèlent que les attentes au sujet de l’inflation à court terme demeurent élevées.

De leur côté, les consommateurs croient que les problèmes de chaîne d’approvisionnement vont se poursuivre et que les prix du pétrole vont rester élevés. Les attentes à l’horizon de cinq ans ont diminué «et sont presque de retour à leurs niveaux prépandémiques», a noté la Banque du Canada. Les répondants sont toutefois plus divisés à propos du niveau d’inflation à long terme.

Même si les Canadiens sont optimistes quant aux conditions du marché du travail, la plupart estiment à au moins 50 % la probabilité qu’une récession survienne, notamment en raison du recul de la croissance des salaires, des prix élevés et de l’augmentation importante des taux d’intérêt.

Plus de 80 % des répondants ont indiqué prendre des mesures pour faire face à l’inflation: près de la moitié ont affirmé dépenser moins, et plus du tiers s’en tiennent à l’achat d’articles essentiels. Les consommateurs disent aussi avoir changé leurs habitudes de magasinage en achetant davantage d’articles en rabais ou en consultant plus souvent les circulaires.

Une hausse des prix plus modérée

L’enquête de la Banque du Canada révèle que les entreprises demeurent optimistes, mais que leur confiance s’est effritée depuis avril. Les répondants s’attendent à augmenter leurs prix de façon plus modérés, «à cause des pressions à la baisse sur les prix des produits de base et des autres intrants à la production».

Elles prévoient aussi à ce que les hausses salariales redescendent des niveaux élevés. Malgré tout, une majorité d’entreprise comptent continuer d’embaucher au courant des 12 prochains mois. «Cependant, certaines de ces entreprises indiquent que leurs plans d’embauche pourraient être compromis par des difficultés à trouver de la main-d’œuvre, en particulier des travailleurs qualifiés», a précisé la Banque du Canada.

Tout comme les consommateurs, les entreprises interrogées croient également que la probabilité d’une récession au Canada dans les 12 prochains mois est d’au moins 50 %.

Rappelons que le taux d’inflation s’est établi à 7 % d'une année à l'autre en août, en baisse par rapport à la hausse de 7,6 % enregistrée en juillet. Selon Statistique Canada, il s'agit du deuxième ralentissement consécutif de la croissance des prix d'une année à l'autre.

Le 26 octobre, la Banque du Canada devrait d’ailleurs procéder à une hausse du taux directeur dans le but de contrer l’inflation.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.