/entertainment/movies
Navigation

«Tár»: Pas de fausses notes

«Tár»: Pas de fausses notes
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Cate Blanchett livre l’une de ses meilleures performances en carrière. 

• À lire aussi: Nouveauté télé: Gildor Roy creuse pour connaître «Le fin fond de l'histoire»

• À lire aussi: Bell Média: trois autres fictions québécoises vendues dans le monde

Lydia Tár (Cate Blanchett) est au sommet. Cheffe de l’orchestre symphonique de Berlin, compositrice, gagnante de prix plus prestigieux les uns que les autres, elle s’apprête à enregistrer la cinquième symphonie de Mahler. Au moment où s’ouvre le long métrage de Todd Field, elle est interviewée par le New Yorker et nous assistons au déploiement de son intelligence.

Elle rayonne aussi lorsque, lors d’un cours dans la prestigieuse école de Juilliard, elle remet fermement à sa place un étudiant qui ne veut pas jouer du Bach. Pas de doute, Tár est non seulement intelligente, mais sûre d’elle, de son pouvoir et de sa supériorité. Les fissures dans cette façade si parfaite ne tardent pas à apparaître. Sa relation avec Francesca (Noémie Merlant) n’a pas toujours été strictement professionnelle. Et puis il y a le trouble dans lequel la jette Olga (Sophie Kauer) bien qu’elle soit en couple avec Sharon (Nina Hoss) et qu’elles aient une fille adoptive, Petra (Mila Bogojevic). Puis arrive la catastrophe, des accusations qui, en cette ère de libération de la parole depuis #MoiAussi, signent la mise au ban et la fin d’une carrière.

Avec beaucoup de doigté, Todd Field prend le temps d’analyser le personnage de Lydia, de montrer ses zones d’ombre, de s’y attarder, de détailler sa chute, ses réactions. Magistrale, Cate Blanchett donne une performance à couper le souffle. Comme dans les deux «Elizabeth» de Shekhar Kapur, l’actrice habite son personnage – à moins que ce ne soit l’inverse -, transfigure Lydia dans les deux premiers tiers du long métrage.

Avec une véracité glaçante, Cate Blanchett offre le portrait inoubliable, d’une puissance peu commune, des rapports de pouvoir et de manipulation. Et malgré quelques longueurs, le spectateur demeure fasciné par la mise en scène et par la transformation physique et psychologique de cette actrice qui ne peut qu’être en nomination à de nombreux prix cette année.

Note : 4 sur 5

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.