/news/politics
Navigation

Appel à l'unité: Legault ne veut pas de chicane de famille

Appel à l'unité: Legault ne veut pas de chicane de famille
Marcel Tremblay/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

À la tête d’une délégation de 89 députés, François Legault prévient ses troupes qu’il ne tolérera pas la chicane dans la famille caquiste et que la ligne de parti est de mise sur la place publique.

 • À lire aussi: Carte d'accès désactivée: Éric Duhaime ne peut entrer à l’Assemblée nationale

• À lire aussi: Apparence de conflit d’intérêts: François Legault a manqué de jugement, disent les oppositions

Un avertissement qui survient deux jours avant le dévoilement très attendu du Conseil des ministres, qui fera assurément des mécontents.  

Appel à l'unité: Legault ne veut pas de chicane de famille
Marcel Tremblay/Agence QMI

Le Salon rouge était plein à craquer mardi après-midi, pour accueillir les élus de la CAQ et leur proches qui s'étaient déplacés pour l’assermentation. Les parlementaires caquistes ont tour à tour prêté serment au roi Charles III et au peuple du Québec.      

Appel à l'unité: Legault ne veut pas de chicane de famille
Marcel Tremblay/Agence QMI

Le premier ministre a rappelé que sa formation politique est une coalition de gens de tous horizons. «C’est une belle famille la CAQ, a commencé François Legault, dans son discours de clôture. Moi, je ne tolère pas qu’il y ait de la chicane dans la famille».       

Appel à l'unité: Legault ne veut pas de chicane de famille
Marcel Tremblay/Agence QMI

Bien sûr, les débats ont leur place, mais mieux vaut laver son linge sale en famille. Le premier ministre a précisé qu’en privé, lorsque le caucus se réuni, «on peut tout se dire». Mais après les discussions à l’interne, la solidarité est de mise. «Quand on sort du caucus, on est un bloc uni, impossible à traverser», a-t-il insisté.   

  • Écoutez la rencontre Lisée - Mulcair avec Martineau diffusée chaque jour en direct 8h50 via QUB radio :

Avoir autant d’élus, c’est un «beau problème», mais ça reste un défi, a convenu François Legault, qui travaille fort depuis plusieurs jours à la composition de son cabinet de ministres.  

Appel à l'unité: Legault ne veut pas de chicane de famille
Marcel Tremblay/Agence QMI

Un heureux casse-tête, alors que plusieurs crèvent d’envie d’accéder au Saint des Saints.   

  Croisé après son assermentation, l’actuel ministre Pierre Fitzgibbon n’a pas caché sa seule et unique préférence. «J’aime l’économie, a-t-il dit. J’ai de l’intérêt pour l’économie. Je suis venu en politique parce que j’aimerais pouvoir contribuer à la création de richesses collectives du Québec, pour qu’on puisse réinvestir dans les enjeux sociaux».   

 Il ne devrait pas trop être déçu, lui qui souhaite se retrouver à la tête d’un super ministère de l’Économie, qui englobe aussi le secteur de l’Énergie. Il y a fort à parier qu’il obtiendra ce qu’il souhaite, dit-on en coulisses. 

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, qui a piloté notamment les dossiers de la DPJ et le programme de détection et de prise en charge précoces des retards de développement chez les enfants, espère conserver les mêmes fonctions.   

  • Écoutez la rencontre Dutrizac – Dumont diffusée chaque jour en direct 7 h via QUB radio :

«Ça serait plate d’arrêter en plein milieu», a-t-il confié aux journalistes, après la cérémonie. Lui aussi devrait conserver ses dossiers, dit-on.   

  L’ancien ministre péquiste et désormais député caquiste de Lévis, Bernard Drainville, qui devrait accéder au Conseil des ministres, n’anticipe pas de chicane dans les rangs de sa nouvelle formation politique.   

  «Je n’en vois pas à l’horizon et je trouve que la chimie avec des gens qui proviennent de différents horizons politiques, cette chimie-là fonctionne très bien», a-t-il assuré. Les rumeurs courent que l’ex-animateur pourrait hériter du ministère des Transports ou de l’Éducation.   

 La députée de Duplessis et première élue innue de l’Assemblée nationale, Kateri Champagne Jourdain, pourrait aussi obtenir un poste de ministre. Lors de son assermentation mardi, elle a eu droit à une ovation debout de ses pairs et ensuite prononcé son serment en français et en langue innue.  

 « De pouvoir prononcer un serment en innu dans les murs de l’Assemblée [nationale], ça me remplit de fierté », a-t-elle commenté après l’événement. Elle affirme qu’il est important « de préserver et promouvoir les langues au Québec ».   

 

Avec la collaboration de Nicolas Lachance et Patrick Bellerose

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.