/finance/business
Navigation

Olymel coupe dans le gras en supprimant 177 postes de cadres

Des têtes de patrons roulent pour faire des économies de coûts à l’interne

YanickGervai-2
Photo d'archives Yanick Gervais. PDG d’Olymel

Coup d'oeil sur cet article

Sans tambour ni trompette, le géant québécois Olymel a annoncé mardi, par communiqué, son intention de supprimer 177 postes de cadres, sans pouvoir dire à quel endroit le couperet allait tomber.

• À lire aussi: Olymel se dote d’un laboratoire de microbiologie

Au total, plus de 120 postes de cadres sur les 177 étaient vacants ces derniers mois, a précisé la coopérative dans sa déclaration.

Ce sont donc 57 personnes en emploi qui ont appris la mauvaise nouvelle lundi. Un avis de licenciement a été transmis au gouvernement québécois.

Mardi, le porte-parole d’Olymel, Richard Vigneault, a indiqué au Journal que l’on ne savait pas encore quels sites seront touchés par cette vague.

« Les impacts de la pandémie de COVID-19 et d’une pénurie de main-d’œuvre historique pour nos établissements, les bouleversements des marchés et de la chaîne d’approvisionnement, l’inflation dans le prix des matières premières, ainsi qu’une conjoncture économique mondiale incertaine sont tous des facteurs qui militent en faveur d’une plus grande optimisation des modèles d’affaires des entreprises », a souligné le PDG d’Olymel, Yanick Gervais. 

Québec actionnaire

En gros, Olymel veut « éliminer le double emploi » pour réaliser des économies et des gains d’efficience. On dit vouloir éliminer surtout des fonctions administratives, principalement au Québec.

Rappelons qu’en février 2022, les syndiqués d’Olymel Princeville avaient pu obtenir des augmentations variant de 7,44 $ à 7,64 $ l’heure, soit d’environ 35 %. 

Le gouvernement québécois est actionnaire d’Olymel. Investissement Québec (IQ) a investi 150 millions $ l’an dernier dans l’entreprise.

Olymel, Flamingo, Pinty’s, Lafleur, F Ménard, Tour Eiffel... Olymel est derrière des marques connues ici, comme à l’étranger.

Il y a environ un an, son ancien PDG, Réjean Nadeau, a succombé à un cancer. 

« J’ai toujours partagé ma vie entre ma famille, mes proches et Olymel et soyez assurés que jusqu’aux derniers moments de ma vie qui approchent, j’aurai en tête notre photo de famille. J’ai vécu pleinement et je partirai serein », avait-il écrit dans une note avant son départ.

  • Premier producteur de porc au pays, Olymel a plus de 15 000 employés dans 35 usines et centres de distribution. Son chiffre d’affaires est de 4,5 milliards $.
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.