/opinion/columnists
Navigation

Révolution féministe, révolution humaniste

US-IRAN-PROTESTS-WOMEN-RIGHTS
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La révolte des femmes en Iran, qui impressionne le monde entier, n’est pas qu’une révolte : c’est une révolution. 

Pour une raison simple : elles ne se contentent pas de contester un aspect du régime des mollahs, en place depuis 1979. Elles s’en prennent à son symbole principal, par lequel il s’est emparé du corps des femmes, en faisant de cette domination le marqueur de sa victoire.

En Iran, qui s’en prend au voile s’en prend au pilier idéologique du régime. Une femme qui retire son voile devient immédiatement dissidente. Celle qui le brûle défie le régime. Des milliers de femmes qui font la même chose mènent une révolution. Au risque de leur vie.

Depuis 1979, on l’ajoutera, l’islamisme qui s’est lancé à la conquête de l’Occident a aussi fait du voile son principal emblème.

Iran

C’est en voilant les femmes qu’il s’empare de l’espace public, avant d’imposer d’autres symboles. Chaque fois, les droits des femmes régressent, comme on le voit quotidiennement en Europe.

L’islamisme, avec le voile, transforme les femmes en étendards physiques de sa progression, qu’elles en soient conscientes ou inconscientes.

L’islamisme est même parvenu à nous convaincre, par une manipulation idéologique fascinante, que ce symbole était aujourd’hui celui de la diversité. Le Canada s’est converti à cette vision du monde de manière caricaturale.

Tout cela n’est pas sans lien avec le malaise des féministes occidentales devant la révolution en Iran. Mais je me corrige. Je parle plutôt de cette mouvance féministe ralliée à l’idéologie diversitaire, qui se bat depuis quelques années pour nous faire accepter le voile partout, chez nous, et qui traite d’islamophobes ceux qui confessent le moindre malaise avec lui.

Alors comment réagissent-elles devant ces Iraniennes qui arrachent leur voile et le brûlent ?

Par une pirouette rhétorique.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Elles nous disent qu’elles ne luttent pas contre le voile, mais pour le libre choix de le porter ou non. Leur combat serait le même que celles des musulmanes qui se battent ici pour le droit de le porter.

C’est ce qu’on appelle nous prendre pour des imbéciles.

Il n’y a pas d’équivalence symbolique entre le fait de porter le voile et le fait de ne pas le porter. Il y a des limites au relativisme.

L’histoire des civilisations compte, l’histoire des religions compte aussi, et le voile islamique n’est pas un symbole flottant, qu’on peut réduire à un morceau de tissu.

Dans nos pays, il représente l’avancement d’une idéologie conquérante qui entend les soumettre. Autant qu’elle peut, la laïcité cherche à servir de digue contre elle.

La révolution des femmes, en Iran, est à la fois féministe et humaniste.

De quelle manière être solidaire des femmes iraniennes ?

  • Écoutez la rencontre Mathieu Bock-Côté et Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 10 h via QUB radio :

Voile

D’abord en ne reproduisant pas ici ce qu’elles dénoncent chez elles.

Ensuite, en dénonçant, je le redis, ceux qui disent que leur combat est le même que celui des femmes qui réclament en Occident le droit de le porter tout le temps.

De temps en temps, il faut combattre le mensonge des idéologues.

Par exemple, maintenant.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.