/news/politics
Navigation

Déception en Abitibi: le ministre Lacombe répond aux critiques

«Je n’ai pas la tête dans le sable», dit le nouveau ministre responsable de la région

Le nouveau ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue, Mathieu Lacombe, en entrevue sur QUB radio, le vendredi 21 octobre 2022
Photo Marc-André Gagnon Le nouveau ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue, Mathieu Lacombe, en entrevue sur QUB radio, le vendredi 21 octobre 2022

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau ministre responsable de l’Abitibi-Témiscamingue, Mathieu Lacombe, se dit « très conscient » du défi qui l’attend devant la grogne suscitée par l’absence d’élu caquiste de la région au sein du Conseil des ministres.

• À lire aussi: Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs scindé: les caribous ne peuvent pas encore crier victoire

• À lire aussi: Cérémonie d’assermentation: PSPP pourfend le serment au roi

Malgré l’élection de trois caquistes en Abitibi-Témiscamingue, c’est le député de Papineau, en Outaouais, à qui François Legault a confié la tâche de représenter la région au Saint des Saints, ce qui est très mal accueilli.

« C’est totalement inacceptable, on ne comprend pas la stratégie [...] c’est une catastrophe », a réagi entre autres le président de la Conférence régionale des préfets et maire d’Amos, Sébastien D’Astous.

Une délégation s’organise pour venir rencontrer le premier ministre François Legault, afin de lui exprimer la surprise et la déception des élus de la région, dont même le caquiste Pierre Dufour, qui a été exclu du Conseil des ministres, a témoigné.

En marge de l’assermentation des députés péquistes, vendredi, François Gendron, qui a représenté la circonscription d’Abitibi-Ouest pendant plus de 40 ans, a d’ailleurs appelé la population à se faire entendre.

« Quand on respecte une région, bien on lui donne accès au Saint des Saints. [...] Ça me fait de la peine. Moi, je n’en reviens pas. Parce que je viens de cette région-là, et cette région-là ne mérite pas ce qui arrive », a dénoncé M. Gendron, en devenant émotif.

Lacombe se fait rassurant

« Je suis très conscient que j’aurai à nouer des liens de confiance avec les intervenants du milieu », a commenté le ministre Lacombe, en entrevue sur QUB radio.

« Il y a de l’insatisfaction, je n’ai pas la tête dans le sable... Maintenant, le premier ministre a fait son choix, c’est un choix qui lui appartient, c’est sa prérogative de nommer le Conseil des ministres », a-t-il continué.  

Prenant la pleine mesure du défi qui l’attend, M. Lacombe entend miser sur ses trois collègues de la région, Pierre Dufour (Abitibi-Est) et Suzanne Blais (Abitibi-Ouest), qui ont été réélus, ainsi que Daniel Bernard, un nouveau venu à la CAQ, qui a arraché Rouyn-Noranda–Témiscamingue à Québec solidaire.

  • Écoutez le nouveau ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue, Mathieu Lacombe, sur QUB radio:

La fonderie Horne

M. Lacombe prévoit aussi « travailler de concert » avec son collègue ministre de l’Environnement, Benoit Charette, concernant les émissions polluantes de la fonderie Horne. « Ce n’est pas un petit dossier », a-t-il avoué.

Celui qui est désormais ministre de la Culture et des Communications promet de se rendre « assez rapidement » sur le terrain pour rencontrer les intervenants locaux.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.