/world/usa
Navigation

Donald Trump conservait à son domicile des documents secrets sur l'Iran et la Chine

Coup d'oeil sur cet article

Des documents saisis en août dans la résidence de Floride de Donald Trump comprenaient des informations hautement sensibles sur l'Iran et la Chine qui auraient pu révéler au grand jour des méthodes d'espionnage américaines, a rapporté vendredi le Washington Post. 

• À lire aussi: Trump assigné à témoigner devant le Congrès pour son rôle dans l’assaut du Capitole

• À lire aussi: Steve Bannon, ex-conseiller de Trump, condamné à quatre mois de prison

L'un des documents saisis par les enquêteurs fédéraux dépeignait le programme de missiles de l'Iran. Un autre «décrivait un travail de renseignement très sensible visant la Chine», selon le quotidien américain, citant une source proche du dossier.

En quittant la Maison-Blanche, l'ancien président américain avait emporté des boîtes entières de documents. Or, une loi de 1978 oblige tout président américain à transmettre l'ensemble de ses courriels, lettres et autres documents de travail aux Archives nationales.

Photo AFP

Les enquêteurs ont saisi près de 11 000 documents lors d'une perquisition spectaculaire sur la base d'un mandat pour «rétention de documents classifiés» et «entrave à une enquête fédérale».

Certains dossiés classés ultra-secret

Parmi ces documents figuraient un peu plus de 100 documents classifiés, dont certains étaient classés ultra-secret et normalement accessibles uniquement à un cercle très restreint et sous de drastiques conditions de sécurité.

Or, dans la luxueuse résidence de Mar-a-Lago, des documents étaient stockés en différents lieux, et notamment dans le bureau personnel de Donald Trump, des espaces peu sûrs, selon le ministère de la Justice, qui dirige l'enquête.

AFP

L'institution a justifié la perquisition de Mar-a-Lago par des questions de sécurité nationale, soutenant que Donald Trump était suspecté de violer l'Espionage Act de 1917, interdisant la détention et le partage de documents hautement sensibles relatifs à la défense nationale.

Donald Trump a également été suspecté d'entraver l'enquête, ses avocats ayant affirmé, avant la perquisition, qu'il n'y avait plus de documents gouvernementaux à Mar-a-Lago. Il n'a pas été inculpé.

Un tribunal a nommé, à la demande de Donald Trump, un expert indépendant chargé d'examiner les documents pour déterminer leur nature, confidentielle ou non.

La nature de seulement 15 d'entre eux fait l'objet d'un désaccord entre les parties, a fait savoir jeudi le ministère dans un document judiciaire.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.