/finance/business
Navigation

Le Québec dans le monde: Où sont nos gens d’affaires ?

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec dans le monde, c’est le tourisme, la bonne table et la culture, certes, mais qu’en est-il du Québec inc. ? Nos gens d’affaires sont pourtant très dynamiques. On n’a qu’à penser à Couche-Tard (Circle K), le Cirque du Soleil, Moment Factory ou même la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui multiplie les investissements dans le monde.

Ce sont des fleurons de chez nous dont nous sommes fiers. Toutefois, beaucoup de nos entreprises sont présentées comme des sociétés canadiennes et non québécoises.

Bombardier a très longtemps été présentée comme une entreprise canadienne et accessoirement, on mentionnait que le siège social était situé à Montréal.

Pourquoi, alors, est-ce important de positionner le Québec ou Montréal ?

Simple question de masse critique. Présenter le Québec comme une force d’affaires encourage d’autres sociétés à investir chez nous. Pensons à ce que nous avons fait avec les crédits d’impôt dans le secteur du multimédia. Chaque semaine, les magazines spécialisés expliquent que tel ou tel jeu a été produit à Montréal. 

Capture d’écran tirée du web

Nous avons aussi fait d’importants efforts pour accueillir des productions cinématographiques. Il semble que les résultats aient été très positifs.

Où sont nos ambassadeurs ?

Toutefois, nous avons besoin de plus et de mieux. Les entreprises ont une influence sur les perceptions, mais l’image des individus définit le portrait-robot de notre société.

Depuis 20 ans, le palmarès des gens qui font le plus rayonner le Québec à l’étranger se compose rarement de gens d’affaires. Le top 5 des principaux ambassadeurs du Québec compte François Legault, Carey Price, Céline Dion, Guy Laliberté et Jean Charest. Heureusement que Guy Laliberté est allé dans l’espace.

Capture d’écran tirée du web

J’admets que nous n’avons pas beaucoup de Warren Buffett chez nous, mais les politiciens vont et viennent. Assumer le rôle de poster boy du Québec à l’étranger ne peut pas reposer uniquement sur notre premier ministre. Au sud, Joe Biden n’est pas le visage du dynamisme économique américain.

Capture d’écran tirée du web

Quoi faire alors ? Peut-être est-ce une responsabilité partagée entre les entreprises et le gouvernement du Québec. Mettre davantage en valeur nos talents québécois, qui s’illustrent ailleurs dans la presse étrangère, pourrait avoir un effet d’entraînement. Les faire connaître, souligner leurs succès et affirmer notre fierté qu’ils soient québécois pourrait avoir un impact très positif. Mieux les faire connaître ici aussi pourrait être une source d’inspiration pour d’autres entrepreneurs.

L’impact chez nous

Si le Québec inc. offre une image non seulement dynamique, mais plus imposante dans la presse étrangère, peut-être cela encouragera-t-il plus de sociétés d’autres pays à s’installer chez nous ou à faire appel à nos entreprises.

Source de l’intérêt pour le Québec

  • Journaux et web (21 pays identifiés)
  • Période du 14 au 20 octobre 2022
  • Mots clés : Montréal et Québec dans toutes les langues qui utilisent notre alphabet.

1. États-Unis 32,79 %

2. Espagne 11,48 %

3. France 9,84 %

4. Royaume-Uni 8,20 %

5. Allemagne 4,92 %

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.