/world/guerre-en-ukraine
Navigation

La Russie s'expose à «une grande colère» si elle met fin à l'accord sur les céréales ukrainiennes, selon Antony Blinken

Coup d'oeil sur cet article

La Russie s'expose à «une grande colère» de la part de nombreux pays si elle se retire de l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes qui arrive à échéance à la mi-novembre, a prévenu jeudi le secrétaire d'État américain Antony Blinken. 

• À lire aussi: Campagne de peur sur les réseaux sociaux: qui est le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov?

• À lire aussi: «Bombe sale»: l'AIEA va mener «une vérification indépendante» cette semaine

«Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour maintenir l'accord», a indiqué M. Blinken lors d'un déplacement à Ottawa.

Il a notamment soutenu qu'une décision de la Russie de mettre fin à cet accord serait accueillie «avec une profonde inquiétude» et «beaucoup de colère par les pays du monde entier qui profitent des céréales ukrainiennes».

L'accord dit de la mer Noire, signé le 22 juillet sous l'égide de l'ONU, a mis en place pour 120 jours des procédures pour permettre l'exportation des céréales ukrainiennes bloquées par la guerre.

Le secrétaire d'État a également tenu à saluer le travail des Nations Unies dans la signature de cet accord et les effets bénéfiques qu'il a eus à travers le globe, notamment dans «les pays du Sud, en Afrique, en Asie et ailleurs où le besoin s'en faisait cruellement sentir».

Mercredi, le chef de l'agence humanitaire de l'ONU, Martin Griffiths, s'est dit «relativement optimiste» sur la prolongation de l'accord qui permet les exportations de céréales ukrainiennes.

Un deuxième accord, signé aussi le 22 juillet, prévoit la facilitation de ces exportations russes, mais Moscou se plaint de ne pas pouvoir vendre, malgré tout, sa production et ses engrais en raison des sanctions occidentales touchant notamment les secteurs financiers et logistiques.

Le système a permis l'exportation de près de 9 millions de tonnes de céréales et de soulager la crise alimentaire mondiale provoquée par la guerre, mais les incertitudes autour de la prolongation de l'accord ont déjà fait remonter les prix de certains produits.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.