/news/politics
Navigation

Ottawa a dépensé 76 milliards $ en programmes pandémiques pour 2021-2022

Ottawa a dépensé 76 milliards $ en programmes pandémiques pour 2021-2022
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les dépenses et les prêts du gouvernement fédéral pour la deuxième année de la pandémie, soit de 2021-2022, ont totalisé 76 milliards $, a calculé le Bureau du vérificateur général (BVG) du Canada. 

• À lire aussi: Discorde au PLQ: la députée Nichols éjectée du caucus libéral

• À lire aussi: Pont-tunnel: la mairesse Plante promet de se rendre sur place

Malgré le coût exorbitant des mesures, il s’agit d’une somme bien moindre que pour l’année 2020-2021: le Canada avait dépensé 299 milliards $ pour les programmes liés aux impacts de la COVID-19, comme la Prestation canadienne d’urgence (PCU).

À titre comparatif, les dépenses de 2021-2022 liées à la pandémie représentaient 16 % des dépenses pour les programmes fédéraux, contre un gigantesque 49 % pour 2020-2021.

«Dans l’ensemble, le BVG est satisfait de la crédibilité des états financiers des organisations qui ont été auditées et a exprimé une opinion d’audit non modifiée sur ses états financiers consolidés du gouvernement du Canada de 2021-2022», a expliqué l’organisme fédéral, dans un communiqué.

Le BVG a par ailleurs remarqué une diminution dans les erreurs de paye liée aux tares du système Phénix.

Dans la dernière année, 28 % du personnel fédéral a reçu une paye comportant une erreur de calcul, alors que l’année dernière, ce montant grimpait à 47 %.

Comme l’a noté le Bureau, «cette constatation constitue une amélioration; toutefois, le haut pourcentage d’erreurs demeure préoccupant».

Le nombre de demandes d’interventions par des employés a toutefois augmenté. En cumulant ces demandes à celles des années précédentes, le BVG a comptabilisé plus de 100 000 demandes d’interventions, représentant environ 500 millions $ versés en trop.

«Le gouvernement doit prendre des mesures pour recouvrer les trop-payés au titre de salaires, de traitements ou d’allocations reliées à l’emploi et agir en temps opportun puisqu’en raison des délais de prescription juridique, certains mécanismes de recouvrement pourraient ne plus être offerts au gouvernement dans le cadre de ses efforts de recouvrement.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.