/finance/news
Navigation

Le coût caché des transferts de solde et des avances de fonds

Online banking businessman using smartphone with credit card Fintech and Blockchain concept
Crédit | Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Un émetteur de carte de crédit vous propose de transférer chez lui les soldes de vos autres cartes et de ne pas payer d’intérêt sur ce transfert pendant six mois. Une aubaine? Pas nécessairement. 

Si les soldes s’accumulent sur vos cartes de crédit et que vous êtes incapable d’effectuer plus que le paiement minimum chaque mois, cette offre est assurément intéressante. 

En effet, les cartes de crédit sont l’un des outils d’accès au crédit les plus coûteux, avec des taux d’intérêt tournant généralement autour de 19,99%. Par exemple, en n’effectuant que le paiement minimum, il vous faudrait huit ans et 11 mois pour rembourser un solde 1000$ et vous paieriez de surcroît 754$ en intérêt.

Alors si un émetteur vous propose d’être libéré des frais d’intérêts pendant plusieurs mois, pourquoi pas? Sachez que c’est une bonne idée uniquement si vous respectez les conditions prescrites.

  • Écoutez le segment économique d'Yves Daoust diffusé chaque jour en direct 9 h 35 via QUB radio :

Payez le solde au complet

En effet, si vous n’avez pas fini de payer le solde total à la fin de la période promotionnelle, vous vous exposez à une facture salée, prévient Éric Lebel, associé, redressement et insolvabilité chez Raymond Chabot. «Admettons que vous avez transféré un solde de 3000$ et que vous bénéficiez d’un congé de frais d’intérêt pendant six mois. Vous avez réussi à payer la presque totalité, mais à la date d’échéance il vous reste encore 50$ à régler. Dans ce cas, l’émetteur de la carte de crédit vous facturera des intérêts sur la totalité du solde initial, soit sur 3000$, et ce, même si vous aviez déjà remboursé 2950$», illustre-t-il. Certaines institutions appliquent même ces frais de façon rétroactive, c’est-à-dire que les intérêts seront appliqués sur le solde transféré dès le premier jour du transfert. D’où l’importance de bien lire le contrat avant de vous engager sur cette voie qui peut être glissante.

La morale de cette histoire: ayez recours à ce type d’offres uniquement si vous êtes sûr de pouvoir verser la totalité du solde avant la date d’échéance. Si vous réussissez, vous allez effectivement réaliser de belles économies en frais d’intérêt par rapport à votre autre carte de crédit. Dans le cas contraire, le jeu n’en vaut pas la chandelle. De plus, posséder plusieurs cartes de crédit n’est pas bon pour votre pointage dans votre dossier de crédit. Il vaut donc mieux y penser à deux fois.

Le kiting: une pratique risquée

Éric Lebel met aussi en garde contre une autre pratique risquée: se servir d’une carte de crédit pour rembourser le solde d’une autre. Cette forme de surf financier extrême s’appelle le kiting. Les consommateurs multiplient les cartes pour en payer d’autres et continuer à pelleter les problèmes en avant sans régler l’endettement à sa source.

Sachez que cette pratique est très mal vue des institutions financières, car elle ne respecte pas les conditions d’utilisation des cartes de crédit. De plus, en accumulant les cartes, c’est facile de perdre le fil de ce que l’on doit et des échéances. À la clé: des oublis et des pénalités.

Enfin, le kiting donne une impression factice de liberté, car même si vous avez le sentiment d’avoir éliminé une dette, vous en avez aussi créé une autre. Un cercle vicieux dont il sera bien difficile de sortir.

Avance de fonds: ça coûte cher!

Si vous manquez de liquidités, il peut aussi être tentant de faire une avance de fonds sur votre carte de crédit. Sylvie De Bellefeuille, avocate, conseillère budgétaire et juridique à Option Consommateurs, prévient qu’il n’y a pas de délai de grâce pour ces avances. «Les intérêts courent tout de suite et ils courent plus vite!», dit-elle, précisant que vous commencerez à payer des intérêts à partir du jour où vous avez obtenu l’avance, et non après la période habituelle de 21 jours à partir du dernier jour de votre période de facturation, comme c’est habituellement le cas pour les achats. Réfléchissez bien avant d’avoir recours aux avances de fonds, et, si possible, trouvez une solution moins coûteuse, une marge de crédit par exemple.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.