/finance/business
Navigation

Un millionnaire québécois se fait montrer la porte par Elon Musk

Coup d'oeil sur cet article

Le milliardaire Elon Musk, qui vient d’acheter le réseau social Twitter, passe la hache dans le conseil d'administration. L’une des neuf victimes est le Québécois Patrick Pichette, récemment élu président du conseil.

• À lire aussi: Elon Musk, nouveau propriétaire de Twitter, relaie de fausses allégations puis supprime son tweet

• À lire aussi: Lois, sécurité et éthique: Elon Musk au pied du mur chez Twitter

L'achat de Twitter par le magnat financier a été conclu jeudi soir. L’entrepreneur iconoclaste a déclaré qu'il allait privatiser l'entreprise pour apporter des modifications importantes.

  • Écoutez le segment économique d'Yves Daoust diffusé chaque jour en direct 9 h 35 via QUB radio :

Une des victimes de la nouvelle vision de Musk n'est nulle autre que le Québécois Patrick Pichette, qui a été directeur du conseil d’administration de Twitter de 2020 à 2021. Sa nomination faisait de lui le premier directeur «indépendant» du conseil, soit un directeur qui ne provient pas de l’entreprise. Patrick Pichette a aussi été directeur financier de Google de 2008 à 2015. Durant cette période, il a participé au programme de croissance de Google et à la création de la structure Alphabet.

Patrick Pichette avait été félicité par le premier ministre François Legault, sur Twitter, pour sa nomination.
Capture d'écran, Twitter
Patrick Pichette avait été félicité par le premier ministre François Legault, sur Twitter, pour sa nomination.

Au cœur de la vente de Twitter

Joint par courriel, M. Pichette dit être «de nouveau un citoyen libre de mes obligations de Twitter». Vendredi dernier, il a publié un tweet sous forme d’une liste de choses à faire. L’une d’elle était: «Faire en sorte qu’Elon respecte son offre de 54,20$ pour Twitter», laissant entendre que le Québécois a probablement joué un rôle important dans la transaction. «Vous pourrez lire entre les lignes», nous a-t-il écrit à propos de ce tweet, quelques heures après que la hache soit tombée.

Capture d'écran, Twitter

Il voulait un lac privé

On se rappellera qu’en 2014, treize citoyens de Boileau, en Outaouais, remportaient une bataille en cour d’appel contre Patrick Pichette, alors vice-président de Google, et ses partenaires. Ceux-ci prétendaient avoir un droit de pêche exclusif sur un lac de leur vaste réserve privée Kenauk sur le lac Papineau.

Patrick Pichette en 2014
Photo d'archives, Ben Pelosse
Patrick Pichette en 2014

En 2013, Fairmont Kenauk avait vendu la réserve pour quelque 40 millions $ à Patrick Pichette et ses partenaires. Pour la transaction, ce dernier avait utilisé une coquille des Bermudes, The Bay Meadow Limited Partnership.

Patrick Pichette est aujourd’hui associé de INOVIA, une société de capital-risque canadienne qui fait affaire à l’international. Son bureau est à Londres.

Purge à venir

Elon Musk, qui est aussi le patron du constructeur de véhicules électriques TESLA, compte faire le ménage chez Twitter. La première série de licenciements, dirigée par son avocat Alex Spiro, ciblera 25% de la main-d'œuvre, selon le Washington Post. Cela représente près de 2000 employés parmi plus de 7000 que compte l’entreprise.

Selon le New York Times, Musk nommera un nouveau conseil d'administration dans les semaines à venir.

Le milliardaire s’est récemment autobaptisé «Twit en chef» sur le réseau social. L’achat de Twitter par Musk, pour la somme de 44 G$, laisse notamment entrevoir le retour de Donald Trump sur ce réseau social. Musk se définit comme un grand défenseur de la liberté d’expression.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.