/misc
Navigation

PQ et QS: c’est le temps de siéger maintenant

Coup d'oeil sur cet article

Le président de l’Assemblée nationale tranche, les députés péquistes et solidaires ne pourront pas siéger s’ils ne prêtent pas allégeance au roi Charles III. Quatorze députés se retrouvent donc aux portes d’une Assemblée législative qui ne leur permet pas de prendre part aux travaux parlementaires.

Quoi faire ? 

Le débat sur le serment et l’allégeance au nouveau roi d’Angleterre a été mené d’une main de maître par Paul St-Pierre Plamondon. Il a réussi à susciter la sympathie d’une bonne partie de la population, bien plus que celle qui a voté pour lui, dans son combat pour la « réforme » de l’assermentation. 

Cela étant, force est de constater que le débat est épuisé et que les 14 députés se retrouvent dans un cul-de-sac. Est-ce que la bataille pour changer le serment est plus importante que faire avancer des dossiers concrets et réels, ayant une répercussion sur la population, à l’heure des grands débats sur la santé, l’éducation, la culture, les finances, etc. ? 

Je respecte et comprends profondément la position du PQ et de QS et jusqu’à un certain point, je la partage. Néanmoins, le jeu n’en vaut pas la chandelle. Ni René Lévesque, ni Jacques Parizeau, ni Lucien Bouchard, ni Bernard Landry, ni Pauline Marois ne sont des traîtres à la nation québécoise. 

Pincez-vous le nez 

Le point étant, les 14 députés devraient passer à autre chose. Qu’ils se pincent le nez, croisent les doigts et complètent leur assermentation pour pouvoir « changer d’ère » ou pour que le Québec « s’assume pour de vrai ». Qu’ils déposent, dès le début de la législature, un projet de loi pour faire changer le processus d’assermentation, en collaboration avec les autres partis. 

La population veut voir Paul St-Pierre Plamondon, Pascal Bérubé, Joël Arseneau, Manon Massé, Gabriel Nadeau-Dubois, Christine Labrie et les autres députés à l’intérieur du Salon bleu. Rester sur le parvis de l’Assemblée après avoir demandé la confiance de la population serait la vraie déception.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.