/opinion/columnists
Navigation

Bravo à Stéphane Talbot !

ygreck - Stephane Talbot à Paris

Coup d'oeil sur cet article

Parisiens, attention. Votre golf aura bientôt une saveur, une odeur, une couleur et peut-être un petit accent du Québec. 

Le professionnel Stéphane Talbot quittera le Maroc en mars et deviendra le directeur du splendide et prestigieux club de golf Saint-Nom-la-Bretèche en banlieue de Paris. 

Deux magnifiques parcours de 18 trous dessinés et merveilleusement aménagés dans la tradition anglo-saxonne, là où était une ferme du 18e siècle, une dépendance du château de Versailles, rien de moins. 

De longs terrains de championnat qui existent depuis 1959, à moins de 25 kilomètres de la tour Eiffel. Imaginez... 

On dit qu’on y joue sur les verts les plus rapides de France.

À travers le monde

Stéphane Talbot aura donc dirigé des clubs de golf un peu partout dans le monde. 

Au Maroc pendant 17 ans, mais il a aussi œuvré en Australie pendant trois ans. 

Il avait quitté le Québec en 2002 après avoir été dominant en compétition. Toutefois, son instinct l’a davantage orienté vers l’administration et la gérance.  

Stéphane, le p’tit gars de Belœil est heureux.

« L’actuel directeur du Club Saint-Nom, Antoine Ferran, part à la retraite et j’ai été très honoré d’avoir été contacté, d’avoir été choisi pour lui succéder. Paris, c’est un rêve. »

La balle et la rondelle

Je vous l’ai déjà écrit. Bien qu’il soit pro de golf, Stéphane est un maniaque du hockey et dans la capitale française, il pourra recommencer à jouer sur une base régulière. 

Mi-cinquantaine, Stéphane rejoindra un bon groupe de Québécois et d’Européens qui évoluent dans des circuits commerciaux d’un très bon calibre à Paris et sa banlieue.  

Il terminera donc son mandat marocain dans la chaleur et sous le soleil de Marrakech et gagnera Paris à la fin de l’hiver.  

Un mariage ?

Il pourra ensuite répondre à ces questions importantes. 

Les Parisiens ont-ils des bérets Nike ? Des tees Lancôme ? Y a-t-il des hot-dogs au 9 et demi ou on mange du foie gras ? Est-ce qu’on joue en mètres ou en verges ?  

Des informateurs m’ont confié que Stéphane viendra faire un tour au Québec dans le temps des Fêtes et qu’il pourrait en profiter pour épouser sa belle Marocaine, Fatima. Ça reste à confirmer parce qu’on n’a toujours pas reçu de faire-part. 

Aussi, une autre question me chicote. Est-ce qu’on pourra aller jouer au Saint-Nom-la-Bretèche ? Je sais que c’est un club privé, mais étant donné que l’on connaît le directeur...

Bonne Chance Stéphane !

Votre dernière chance

Le match des Alouettes, cet après-midi, aura des couleurs de Coupe Grey. Les rivaux, les Tiger-Cats de Hamilton, sont de vieux ennemis et cette demi-finale de l’Est est le dernier rendez-vous de l’équipe de Montréal avec ses partisans en 2022. 

Même avant 13 h, le stade Percival-Molson va vibrer, et si nous sommes assez tôt en matinée, allez sur le site des Alouettes, achetez-vous un ou des billets et allez rejoindre cette foule et cette équipe qui meubleront un splendide dimanche après-midi. 

Vous embarquerez dans une ambiance football comme on n’en a pas eu depuis longtemps à Montréal.

De l’enclave 

  • Comme s’il était revenu à la maison, Paul Wilson a été réembauché par le cabinet de relations publiques National dont le grand patron est Andrew Molson, le frère de Geoff. Paul mène le dossier PGA National de la Coupe du Président qui aura lieu au Club Royal Montréal, en 2024.
  • Rien n’est plus agréable que de rencontrer les Guy Lapointe et piquer une bonne jasette avec eux. Père et fils sont comme deux vieux chums.
  • À Los Angeles, les Kings jouent désormais dans le Cypto.com Arena, autrefois le Staples Center. Un contrat de 20 ans de la compagnie de cryptomonnaie.
  • Je souhaite que vous n’ayez pas Max Pacioretty, maintenant avec les Hurricanes de la Caroline, dans votre pool. Blessé au tendon d’Achille, il ne reviendra pas avant février.
  • 76ers de Philadelphie de la NBA : 76 c’est en souvenir de la signature de la Déclaration d’indépendance des États-Unis en Pennsylvanie en 1776.
  • Le bâton de hockey le plus cher sur le marché serait le True Hockey Hzrdus PX à 439,99 $ plus taxes.
  • Le prix des casques de hockey a connu aussi une hausse fulgurante. Le plus cher est le CCM Super Tacks X qui se détaille à 499,99 $.
  • Je trouve génial que l’on puisse changer la publicité sur les bandes pendant un match. De grâce, ne le faites pas lorsque le jeu (la rondelle) est tout près. Fatigant et exagéré.
  • Kim St-Pierre n’a pas mis les jambières depuis deux ans, ne serait-ce que pour le plaisir. Problème de dos. Toutefois, ses deux fils, Liam, 9 ans, et Ayden, 8 ans, évoluent chez les atomes ensemble. Pas gardien comme maman, mais deux attaquants comme papa (Lenny-Jo) et pas défenseur comme grand-papa (Richard Goudreau, le producteur de films).
  • Lorsque le professeur d’éducation physique de Montréal James Naismith a inventé le basketball en 1891, il enseignait dans le Massachusset. On avait cloué des paniers de pêche aux extrémités sur les balcons du gymnase. Naismith était un diplômé de l’Université McGill.
  • Super travail de l’animateur Olivier Brett lors du gala du Panthéon des sports mercredi. Brett est aussi analyste au soccer à RDS et à BPM Sports. Bravo !
  • Au Minnesota, la beauté de Fleury, c’est qu’il ne fane pas.
  • Ancien receveur de l’organisation des Brewers de Milwaukee, Yvan Dubois, un homme de sport formidable qui a aussi été le maire du Village olympique en 1976, aura littéralement assommé Rodger Brulotte en Floride un de ces jours. Il l’a invité à venir jouer au golf avec lui en lui promettant une surprise. Leur troisième joueur était... Joe DiMaggio.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.