/entertainment/tv
Navigation

Marie-France Marcotte: la «carrière tardive» d’une brillante comédienne au petit écran

Marie-France Marcotte: la «carrière tardive» d’une brillante comédienne au petit écran
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Marie-France Marcotte a l’impression de connaître une «carrière tardive» à la télévision. La comédienne a multiplié les rôles secondaires depuis le début de sa carrière, au début des années 1990, mais «M’entends-tu?» a changé la donne, faisant en sorte que le téléphone sonne davantage et qu'on lui confie des partitions plus costaudes. 

Auparavant très active sur les planches et ayant enseigné le théâtre pendant 20 ans, Marie-France Marcotte a eu la chance d’incarner Line, une mère victime de violence conjugale dans la série étoilée de Florence Longpré. La scène où Line se présente dans un organisme venant en aide aux femmes en difficulté, après avoir pris conscience que sa fille Carolanne (Ève Landry) est dans la même situation qu’elle, est déchirante de vérité et lui a valu un prix Gémeaux.

Dans «Toute la vie», elle a ensuite défendu avec brio le rôle de Christine, la mère biologique de Tina (Hélène Bourgeois Leclerc) qui vit en résidence en raison de ses problèmes mentaux. Encore là, Marie-France Marcotte a eu des moments touchants à livrer, elle qui devait manœuvrer sur une fine ligne pour éviter de tomber dans la caricature.

On la retrouve complètement ailleurs depuis septembre, cette fois dans la peau de Dominique Després, une avocate émérite snob, avide de pouvoir et dont on ne veut pas se faire l’ennemi. Cougar, elle prend dans ses filets Marc-André (Éric Bruneau), de plusieurs années son cadet, qu’elle héberge dans son loft inoccupé et avec qui elle s’envoie en l’air.

C’est du bonbon pour les téléspectateurs. Et c’est avec un plaisir bien senti que la comédienne incarne une méchante de la trempe de Dominique «parce que ça me sort de moi-même».

«Au début, elle m’a fait peur. Son côté perfide, dans la manigance... En fait, il y a deux femmes fortes au bureau, Évelyne (Karine Vanesse) et Dominique, et on sent que ça fatigue Dominique, car elle a toujours évolué dans un monde d’hommes. Son rapport aux femmes est particulier», a-t-elle raconté à l’Agence QMI, saluant les textes d’Éric Bruneau et de Kim Lévesque Lizotte ainsi que le travail du réalisateur Stéphane Lapointe dans cette série résolument moderne.

«Dominique est une femme de tête, une femme forte qui aime l’argent et le pouvoir, une charmeuse. Puis elle est un peu mystérieuse. Contrairement aux autres personnages, on ne sait rien de sa vie personnelle. À part le fait qu’elle vit dans un "penthouse" et qu’il y a des chemises d’homme dans sa garde-robe sans qu’on sache pourquoi», a dit la comédienne en riant.

«Pour bien des gens, l’argent est un symbole de réussite, de succès, comme si l’argent était l’ultime but dans la vie. C’est triste un peu et c’est tellement à l’opposé de ce que je suis», a-t-elle souligné, précisant au passage ne jamais juger ses personnages.

«Les bombes», «Frontières» et «La guêpe»

On retrouvera Marie-France Marcotte dans la série «Les bombes» l’hiver prochain à Séries Plus. Elle sera aussi dans «Frontières», le nouveau film de Guy Édouin dont la sortie a été retardée par la pandémie. Et sa participation au court-métrage «La guêpe», de Marc Beaupré, qui lui a valu un prix d’interprétation au dernier Fantasia, fait en ce moment le tour des festivals à l’international.

  • Produite par Sovimage, la série «Avant le crash» est diffusée chaque lundi, à 21 h, sur ICI Télé.
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.