/misc
Navigation

Une recrue et un vétéran gérant ont dominé les séries

BBA-BBN-BBO-SPO-WORLD-SERIES---PHILADELPHIA-PHILLIES-V-HOUSTON-A
Photo AFP Jeremy Peña et Dusty Baker lors des célébrations d’après-match, samedi.

Coup d'oeil sur cet article

Le baseball est le grand gagnant des séries, car les exploits des joueurs sont à l’avant-plan. L’histoire d’un jeune, Jeremy Peña, qui a remporté une Série mondiale à sa première année ; tandis que Dusty Baker a remporté sa première Série mondiale à titre de gérant après 2093 matchs. Il a démontré son style de gestion et sa persévérance.

Jeremy Peña, le jeune Dominicain-Américain et joueur recrue des Astros, a fréquenté l’Université du Maine, où il a joué au baseball universitaire pour les Black Bears avant de signer son premier contrat professionnel avec la formation de Houston.

Lors de la Série mondiale de 2021, Jeremy Peña faisait partie de l’équipe de « taxi-squad », un groupe de joueurs remplaçants qui n’étaient pas admissibles à jouer ; sauf si un joueur de la formation se blessait. Tout au long de cette série, Dusty Baker lui rappelait de profiter de cette situation pour apprendre, car peut-être qu’en 2022, il sera appelé à jouer dans les séries.

Du jamais vu d’un joueur recrue

Cette année, Jeremy Peña a remporté le Gant d’or à l’arrêt-court, devenant ainsi la première recrue à remporter ce titre en plus d’être nommé le joueur le plus utile de la Série de Championnat de la Ligue américaine. 

Sa saison de rêve s’est poursuivie alors qu’on lui a décerné le trophée Willie-Mays à titre du joueur le plus utile de la Série mondiale. Jamais dans l’histoire du baseball un joueur recrue n’a remporté ces trois honneurs la même saison.

Il était prêt comme Dusty Baker lui avait demandé de le faire la saison précédente.

Baker n’a pas oublié

À plusieurs occasions, j’ai eu la chance de rencontrer Dusty Baker. Une de mes rencontres les plus mémorables avec Dusty fut avec l’ancien entraîneur adjoint afro-américain des Expos, Tommy Harper. Lorsqu’on s’est joint à lui, sans aucun moment d’hésitation, il me rappelait que Harper avait connu une saison de 30 coups de circuit et 30 buts volés. C’était la façon à Dusty de louanger Tommy à mes yeux.

Par la suite, Dusty s’est mis à me parler du joueur afro-américain Jackie Robinson et de ses débuts à Montréal. Il m’a décrit le parc Jarry. Cependant, il regrettait que les Braves ne puissent pas compter sur l’enthousiasme des partisans comme le pouvaient les Expos.

Il se souvenait d’un coup de circuit que Hank Aaron avait frappé contre le vent dans les estrades de Jonesville au champ gauche.

Avec son grand sourire aux lèvres et son légendaire cure-dent à sa bouche, il s’est mis à me taquiner en me rappelant le fameux coup de circuit de Rick Monday qui avait éliminé les Expos au Stade olympique en 1981. Dusty, qui patrouillait dans le champ de gauche chez les Dodgers, avait remporté la Série mondiale contre les Yankees.

Après la victoire des Astros en Série mondiale, j’écoutais Dusty Baker avec l’excellente Hazel Mae de Sportsnet. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à ma mémorable rencontre, car il a mentionné qu’il avait une pensée pour ses défunts parents et son regretté frère ainsi que les gens qui l’ont toujours aidé. À la fin de l’entrevue, il soulève sa casquette vers le ciel en remerciant Jackie Robinson et Hank Aaron.

Baker n’a jamais oublié ses origines.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.