/world/america
Navigation

Washington inculpe sept Haïtiens pour l'enlèvement de citoyens américains

Washington inculpe sept Haïtiens pour l'enlèvement de citoyens américains
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les États-Unis ont annoncé lundi l'inculpation de sept membres de gangs à Haïti, accusés d'avoir enlevé des ressortissants américains, et offrir une récompense de trois millions de dollars pour des informations concernant trois d'entre eux. 

• À lire aussi: Espions chinois au Canada comme aux États-Unis

• À lire aussi: Garland figé devant la menace Trumpienne

«Nous sommes déterminés à travailler avec nos partenaires internationaux pour mettre un terme à ces enlèvements contre rançon dangereux pour les Américains et le peuple haïtien», a déclaré le ministre de la Justice Merrick Garland cité dans un communiqué annonçant ces poursuites.

Celles-ci visent d'abord trois hommes accusés d'avoir participé à la capture d'un groupe de missionnaires chrétiens et de leurs familles, près de Port-au-Prince le 16 octobre 2021. 

Trois otages avaient été relâchés après plusieurs semaines de détention et les autres s'étaient enfuis vers le 16 décembre. Un de leur gardien présumé a déjà été arrêté et extradé vers les Etats-Unis, ainsi que le cerveau présumé de l'opération.

Le ministère de la Justice a révélé lundi avoir inculpé trois autres suspects dans ce dossier: Lanmo Sanjou et Jermaine Stephenson, membres du gang "400 mawozo", ainsi que Vitel’homme Innocent, membre du gang Kraze Barye. 

Les États-Unis pensent qu'ils se trouvent toujours à Haïti et le département d'Etat a offert jusqu'à trois millions de dollars de récompense (un million pour chacun) pour toute information menant à leur arrestation.

Par ailleurs, les Etats-Unis ont inculpé et recherchent quatre autres chefs de gangs haïtiens.

Ils sont accusés d'avoir participé aux enlèvements, entre janvier 2021 et juillet 2022, de cinq ressortissants américains, qui avaient tous été tenus en otage pendant plusieurs jours jusqu'au versement de rançons par leurs proches.

Face à la dégradation de la situation sécuritaire à Haïti, qui complique la lutte contre une épidémie de choléra potentiellement ravageuse, la communauté internationale exclut pour l'instant d'envoyer une force de maintien de la paix.

Mais elle a accéléré l'aide humanitaire et le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté des sanctions contre les bandes criminelles sévissant dans le pays (interdiction de voyage, gel des avoirs, embargo ciblé sur les armes).

Washington a également mis en place vendredi des sanctions contre le président du Sénat et un de ses prédécesseurs, accusés d'avoir «contribué activement" au trafic de drogue transitant par l'île caribéenne.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.