/entertainment/stage
Navigation

Déjà 50 ans pour le Grand Théâtre

Une exposition est présentée au Parlement de Québec

Grand Théâtre de Québec
Photo Yves Leclerc Gaétan Morency, président-directeur général du Grand Théâtre, et André Morency, coauteur du livre Le Grand Théâtre de Québec : l’histoire vivante d’une scène d’exception.

Coup d'oeil sur cet article

Le Pavillon d’accueil de l’Assemblée nationale présente, jusqu’au 17 décembre, une exposition sur le Grand Théâtre de Québec. On y retrouve 28 photos qui témoignent de ses 50 ans d’existence.

Des photos extraites du livre Le Grand Théâtre de Québec : l’histoire vivante d’une scène d’exception lancé en juin dernier. 

L’idée de présenter cette exposition dans cet espace public, inauguré en 2019, était une sorte d’évidence. 

« On voulait amener l’histoire du Grand Théâtre de Québec dans l’espace public et cet endroit citoyen nous a plu énormément », a indiqué Gaétan Morency, président-directeur général du Grand Théâtre de Québec, lors d’un entretien, mercredi matin, à l’Agora de l’Assemblée nationale, où est présentée cette exposition.

À l’affiche depuis le 31 octobre, l’exposition L’histoire vivante d’une scène d’exception fait partie de la programmation citoyenne offerte à l’Assemblée nationale.

« L’idée de base était de sortir du Grand Théâtre pour célébrer ses 50 ans », a ajouté Gaétan Morency.

Un 50e anniversaire qui a débuté avec l’exposition Jordi Bonet, l’artiste qui a conçu la célèbre murale, toujours en cours au Musée National des Beaux-Arts du Québec, une vitrine-exposition avec des objets liés à l’histoire du Grand Théâtre qui a eu lieu au Musée de la civilisation et la publication du livre sur l’histoire de cette institution culturelle. 

L’arbre et la forêt

Gaétan Morency rappelle que le sort de la célèbre murale de Jordi Bonet, contestée à l’époque, s’était joué à l’Assemblée nationale.

« C’est à cet endroit que le gouvernement avait pris la décision de ne pas donner suite à la contestation et de ne pas démolir la murale de Jordi Bonet », a-t-il précisé.

L’exposition L’histoire vivante d’une scène d’exception retrace les grands moments du Grand Théâtre de Québec.

On retrouve des photos de l’architecte Victor Prus, du dévoilement de la maquette, du chantier, de Jordi Bonet en plein travail, de l’artiste Armand Vaillancourt, monté sur un cheval, pour défendre la murale, et des différentes manifestations artistiques qui ont eu lieu au Grand Théâtre. « Tous les arts de la scène sont représentés », a précisé André Morency.

On retrouve Tommy, le premier opéra rock présenté en 1971, l’affiche de la pièce O-71 qui a marqué les débuts du Trident, une photo de la pièce Les belles-sœurs, la flamboyante Madame Belley, Starmania et la production Faust mise en scène par Robert Lepage.

« Le Grand Théâtre, c’est l’arbre autour duquel la forêt s’est développée. Il y en a eu du chemin parcouru en 50 ans », a laissé tomber André Morency.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.