/world/pacificasia
Navigation

La Corée du Nord lance un missile balistique

La Corée du Nord lance un missile balistique
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Un missile balistique a été tiré mercredi par la Corée du Nord, dernier lancement en date de Pyongyang après une série record d'essais d'armement au début du mois. 

L'armée sud-coréenne a fait savoir qu'elle avait «détecté un missile balistique de courte portée lancé par la Corée du Nord (vers) la mer de l'Est (aussi connue sous le nom de mer du Japon, ndlr) depuis Sukchon, dans la province de Pyongan du Sud, vers 15H h 31" (6 h 31 GMT).

«En renforçant la surveillance et sa vigilance, l'armée sud-coréenne maintient un état de préparation complet tout en coopérant étroitement avec les Etats-Unis», a-t-elle ajouté.

Le missile a été détecté avec «une distance de vol d'environ 290 km, une altitude d'environ 30km et une vitesse d'environ Mach 6», selon l'armée sud-coréenne.

Le gouvernement japonais a confirmé le lancement en écrivant sur Twitter que Pyongyang «a lancé un missile balistique présumé».

Le lancement est survenu au moment où les Etats-Unis dépouillaient les votes des élections pour la Chambre des représentants et le Sénat. Les services de renseignement de Séoul avaient averti que le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un pourrait conduire à cette occasion un essai nucléaire.

Au début du mois, la Corée du Nord a procédé à une rafale de lancements dont celui d'un missile balistique intercontinental, qui a apparemment échoué selon Séoul.

Pyongyang a également tiré un missile balistique qui a franchi la ligne servant de frontière maritime de fait entre les deux pays et est tombé près des eaux territoriales de la Corée du Sud.

Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol avait alors qualifié le tir d'«invasion territoriale de fait».

Ces deux lancements faisaient partie d'une séquence ouverte le 2 novembre au cours de laquelle Pyongyang a tiré 23 missiles, soit plus que durant toute l'année 2017, lorsque Kim Jong Un et l'ex-président américain Donald Trump s'étaient violemment invectivés par médias d'État et Twitter interposés.

«Si on examine le comportement de la Corée du Nord depuis le 25 septembre, elle a utilisé beaucoup d'argent pour faire constamment monter la tension, elle doit donc la maintenir», a observé pour l'AFP Park Won-gon, professeur à l'université Ewha de Séoul.

Le lancement par Pyongyang d'un missile balistique le 25 septembre avait donné le coup d'envoi à une série de tirs, dont celui d'un missile balistique de portée intermédiaire qui a survolé le Japon. Pyongyang a ensuite affirmé qu'il s'agissait d'«exercices nucléaires tactiques».

«Pour finir, il y aura un septième essai nucléaire. Même si les manoeuvres conjointes sont pour l'instant terminées, il est peu probable que la Corée du Nord fasse diminuer les tensions», a estimé Park Won-gon.

Manœuvres et prédictions

La vague de tirs en novembre est survenue alors que des centaines d'avions militaires américains et sud-coréens, dont des bombardiers lourds B-1B, participaient aux plus grandes manœuvres aériennes conjointes jamais menées par Séoul et Washington. Appelées «Tempête vigilante», Pyongyang les a qualifiées d'«agressives et provocantes».

Pyongyang a intensifié ses tirs de missiles en réponse à ces exercices. Ce type de manœuvres suscite de longue date des réactions virulentes de la part de la Corée du Nord pour laquelle il s'agit de répétitions d'une invasion de son territoire.

Lundi, l'armée de Séoul a débuté des exercices de quatre jours simulés sur ordinateur, nommés «Taegeuk».

«La Corée du Nord semble avoir suffisamment atteint ses objectifs politiques et diplomatiques par ses tirs massifs de missiles au début du mois», a expliqué à l'AFP Ahn Chan-il, expert des questions nord-coréennes.

«Elle semble être en train d'effectuer des tests (pour savoir) où déployer ses unités militaires stratégiques et monter des armes nucléaires tactiques pour son prochain essai nucléaire.»

Séoul et Washington avertissent depuis plusieurs mois que la Corée du Nord se prépare à conduire à tout moment un nouvel essai nucléaire qui constituerait le septième de son histoire.

Mais des experts s'interrogent sur l'utilité d'essayer de prédire le moment exact durant lequel il aura lieu.

«Je ne comprends vraiment pas la fascination qu'il y a à essayer de prédire quand aura lieu le prochain essai nucléaire de la Corée du Nord», a tweeté Jenny Town, spécialiste de la Corée.

«Comment cela peut-il durer depuis tant de mois maintenant? La réalité est que la (République populaire démocratique de Corée) a besoin de tests supplémentaires pour atteindre les objectifs qu'elle s'est fixés. Pas seulement un, mais plusieurs», a-t-elle écrit, se référant au nom officiel de la Corée du Nord.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.