/opinion/columnists
Navigation

Les gagnants et les perdants des «midterms»

Coup d'oeil sur cet article

Les Américains nous avaient habitués aux élections remplies de suspense mais cette fois-ci, ils se sont surpassés.

Au moment d’écrire ces lignes, la reprise du Congrès par les républicains demeure incertaine et le contrôle du Sénat pourrait dépendre d’un deuxième tour en Géorgie, le 6 décembre.

Il n’est quand même pas trop tôt pour départager les gagnants et perdants de cette élection historique.

Les gagnants

Ron DeSantis a écrasé son rival démocrate pour être réélu gouverneur de Floride et entraîner dans son sillon plusieurs candidats républicains. Ce triomphe donne du galon à celui qu’on pressent comme candidat présidentiel en 2024 et fait passer la Floride du violet au rouge écarlate. 

En Pennsylvanie, le démocrate John Fetterman a remporté un siège au Sénat en donnant un exemple de courage dans l’adversité. Élu gouverneur, Josh Shapiro a dominé son opposant trumpiste et révélé des talents politiques qui en font un aspirant possible à la présidence. 

Le droit à l’avortement a progressé. Des propositions référendaires bloquant l’interdiction de l’avortement ont été adoptées en Californie, au Michigan et au Vermont. Au Kentucky, une forteresse républicaine, les électeurs ont rejeté un amendement constitutionnel anti-avortement. En stimulant la participation, l’enjeu a contribué à plusieurs victoires démocrates.

Le duo de campagne Biden-Obama et les stratèges démocrates ont gagné leurs paris. Les interventions des gros canons démocrates et les fonds de campagne du parti ont été distribués avec une précision chirurgicale pour remporter des courses extrêmement serrées.

Kevin McCarthy réalisera probablement son rêve de voir un jour l’aéroport de Bakersfield porter son nom après qu’il soit devenu «speaker» de la Chambre. Ce sera un cadeau de Grec, car il devra composer avec des extrémistes comme la tonitruante Marjorie Taylor Greene, qui compliqueront son existence et consolideront leur emprise sur le parti. 

Avec la défaite de plusieurs des pires complotistes républicains et la victoire d’officiers qui limiteront la magouille électorale en 2024, la démocratie américaine pourra respirer... un peu... pour le moment. 

Avec un deuxième tour en Géorgie et une campagne présidentielle 2024 pratiquement déjà commencée, les analystes, les prévisionnistes et les mordus de politique auront de quoi se tenir occupés.

Les perdants

Donald Trump a dit qu’il serait le responsable de tous les succès mais d’aucun échec des républicains. Il doit être seul à le penser encore. Les candidats identifiés à lui ont sous-performé comparés à ceux qui ont gardé leurs distances. Ça ne l’empêchera probablement pas de se lancer dans la course pour 2024 quand même.

Plusieurs représentants de la droite trumpiste fêlée, comme Lauren Boebert et Doug Mastriano, ont mordu la poussière. Tant mieux, mais il en reste beaucoup.

Joe Biden le président sera perdant, car un Congrès républicain l’empêchera de consolider son bilan législatif et l’encombrera d’enquêtes bidon. Parlant d’enquêtes, si son fils Hunter Biden a vraiment des torts à se reprocher, il passera deux années difficiles.

Les prévisionnistes de la vague rouge ont mordu la poussière. Les gains républicains ont été beaucoup plus modestes que ce que l’opposition aurait normalement dû gagner à mi-mandat.

Les démocrates Beto O’Rourke et Stacey Abrams ont encore échoué à percer le mur rouge en se faisant élire au Texas et en Géorgie. Ce sera plus long et plus difficile qu’ils anticipaient.

Si le contrôle républicain du Congrès se confirme, l’Ukraine sera au rang des perdants potentiels, puisque le parti promet de couper les fonds à son armement.

Finalement, ceux qui en ont marre du grand cirque qu’est devenue la politique américaine sont les plus grands perdants. Ils devront prendre leur mal en patience car le pire est à venir. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.