/world/america
Navigation

Des conditions de travail épouvantables pour des modérateurs de contenu sur TikTok

Certains doivent visionner jusqu'à 900 vidéos par jour

Des conditions de travail épouvantables pour des modérateurs de contenu sur TikTok
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le géant français des centres d'appel Teleperformance a dévissé de plus de 30% jeudi matin à la Bourse de Paris, après l'ouverture d'une enquête pour de possibles violations du droit du travail en Colombie, son troisième pays d'implantation. 

• À lire aussi: Cacophonie chez Twitter autour du nouveau système d’authentification des comptes

• À lire aussi: Les usagers de Twitter quittent vers d’autres plateformes depuis le rachat de Musk

• À lire aussi: Une archiviste honore sur TikTok la mémoire d’étrangers, une recette à la fois

La société a demandé la suspension de son cours de Bourse à 11H00 (10H00 GMT) «dans l'attente de la publication d'un communiqué de presse et jusqu'à nouvel avis», selon l'opérateur boursier Euronext.

Le prix de l'action est bloqué à 175,95 euros, en chute de 33,90% par rapport au cours de clôture de mercredi, ce qui représente environ 3,5 milliards d'euros de capitalisation boursière partis en fumée.

La chute du titre a suivi un tweet du vice-ministre colombien des Relations au Travail Edwin Palma Egea.

«Nous avons décidé d'ouvrir une enquête contre Teleperformance. Nous avons notifié l'entreprise et invitons tous les travailleurs et organisations syndicales du pays à nous fournir des preuves de violations présumées des normes du travail», a indiqué le responsable gouvernemental.

La Colombie est le troisième pays d'implantation de Teleperformance, avec 42 000 employés, soit environ 10% de ses effectifs totaux. Seuls l'Inde et les Philippines comptent plus d'employés de Teleperformance, selon ses statistiques.

Contactée par l'AFP, l'entreprise n'a pas disponible pour réagir dans l'immédiat.

Cette entreprise de main d'œuvre est particulièrement sensible aux informations sur ses relations sociales.

«Les principales charges de Teleperformance sont les dépenses de personnel, qui représentent environ 70% du chiffre d'affaires» total du groupe, souligne Pierre Michaud, gestionnaire de portefeuille chez Monocle.

En 2021, les charges de personnel se sont élevées à 4,81 milliards d'euros, pour un chiffre d'affaires de 7,11 milliards d'euros.

«Toutes les informations négatives qui touchent à cette charge sont donc observées avec beaucoup d'attention», complète l'analyste.

Les fonds financiers ESG, qui prennent en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance, ont de plus pour réflexe de se séparer d'un titre dès qu'une controverse apparait concernant une entreprise.

Visionner 900 vidéos par jour

La démarche des autorités colombiennes fait suite à la publication d'un travail d'investigation sur Teleperformance en Colombie du magazine Time et du Bureau of investigative journalism, une ONG de journalisme d'investigation.

Ce reportage décrit des conditions de travail très difficiles pour les employés de Teleperformance chargés de la modération des contenus pour le réseau social TikTok, «une légion de modérateurs de contenu traumatisés travaillant dix heures par jour».

Les salaires des modérateurs commenceraient ainsi à 1,2 million de pesos par mois, soit environ 240 dollars américains, 9 fois moins que les modérateurs basés au Royaume-Uni.

Les objectifs de visionnage par personne peuvent aller jusqu'à 900 vidéos par jour pour remplir leurs objectifs, avec des contenus parfois éprouvants : l'un des modérateurs cité a indiqué qu'il regardait «sur une base régulière» des vidéos de «meurtre, suicide, pédophilie, pornographie, accidents» et même «cannibalisme».

«Vous devez travailler comme un ordinateur, appliquer les consignes, rien de plus. Ne dites rien, n'allez pas dormir, n'allez pas aux toilettes, ne vous faites pas de café, rien», témoigne ce modérateur cité par le Bureau of investigative journalism.

Toujours selon cet article en ligne, le syndicat Ultraclaro tente depuis deux ans de s'implanter dans l'entreprise pour donner une représentation collective aux salariés.

Mais selon les témoignages rapportés, Teleperformance a essayé de stopper le processus à chaque étape, avec par exemple l'intervention de vigiles de sécurité dès que des représentants d'Ultraclaro tentaient de distribuer des tracts aux salariés, y compris dans l'espace public.

Depuis le début de l'année, l'action Teleperformance perd 50%, bien plus que d'autres valeurs du secteur technologique cotées sur l'indice CAC 40 de la Bourse de Paris.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.