/opinion/blogs/columnists
Navigation

Legault contre Trudeau: ça suffit, la bataille de coqs!

Coup d'oeil sur cet article

Le débat sur les transferts fédéraux en santé commence à ressembler à des échanges de cour de récréation. On se pointe du doigt, on s’accuse d’être le méchant, celui qui le dit, c’est celui qui l’est. Bref, tout y est.

Et que fait le contribuable entre-temps? Il assiste, impuissant, à une bataille de coqs qui se fait à ses frais. Il se bute à des services de santé qui ne tiennent qu’à un fil, craint que son enfant tombe malade et se demande comment il va payer la prochaine épicerie, le prochain plein d’essence et la prochaine facture d’Hydro, tout cela dans le trafic du tunnel.

Peut-on élever le débat?

La récréation est terminée. Que chacun rentre en classe, apprenne ses leçons et fasse ses devoirs. Les Québécois n'ont que faire de vos chicanes. Ils attendent des investissements structurants, des résultats sur le terrain, des décisions intelligentes et, surtout, que tout le monde travaille dans leur intérêt. C’est après tout ce que vous avez promis lors de vos campagnes électorales respectives.

Le premier ministre Trudeau devrait se garder une petite gêne lorsqu’il critique l’envoi de chèques par le gouvernement Legault aux Québécois. Cela ne peut, en aucun cas, justifier le fait que son gouvernement refuse d’augmenter sa contribution, sans conditions, aux réseaux de santé provinciaux. Lorsqu’il reproche à Québec de faire des choix de dépense douteux, c’est bien l’hôpital qui se fout de la charité.

De l’autre côté, le premier ministre Legault n’a pas à sombrer dans des caricatures de bas étage: «Justin Trudeau pense qu’il est meilleur que Christian Dubé...?». Dans le rayon des arguments pour dénoncer le fédéral, François Legault a choisi le pire. Ce n’est pas un concours de popularité. Ce n’est pas Trudeau contre Legault ou Dubé. Ce n’est pas un combat de boxe, il s’agit ici de dossiers sérieux.

Et à voir les dossiers litigieux entre les deux juridictions qui nous attendent au cours des prochaines années, nous sommes déjà découragés.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.