/opinion/columnists
Navigation

PLQ : la lâcheté va payer

Coup d'oeil sur cet article

Avec ou sans Dominique « Anglaise », le PLQ va demeurer ce qu’il est devenu depuis l’ère Couillard et il va le devenir de plus en plus, c’est-à-dire un parti postnational, souvent antinational, antilaïque, anti loi 101, pro-immigration massive et anti-intégration.

« De l’audace, toujours de l’audace, encore de l’audace », disait Danton pendant la même Révolution qui lui coupa la tête après en avoir fait un héros.

Eh bien, je dis que le PLQ devra avoir l’audace de ne PAS avoir d’audace du tout !

Il devra tout bonnement attendre que son grand frère et maître du fédéral, le Parti libéral du Canada, dévisse toujours davantage le robinet de l’immigration.

Mauvais moment

Personne n’aurait pu faire mieux que Dominique Anglade dans les circonstances actuelles.

Elle n’a pas eu le choix de devenir « Dominique Anglaise » puisque sa formation est devenue le Parti libéral du West Island.

Génie ou idiot, débutant ou vieux routier, homme ou femme, que le nouveau chef soit une tête brillante comme François-Philippe Champagne ou un politicien bas de gamme comme Denis Coderre, ce parti va recueillir le vote « anglo-allo », et c’est tout.

Tant que le raz-de-marée démographique n’aura pas noyé le petit poisson bleu québécois dans la mer rouge de l’immigration, le PLQ demeurera le parti d’une minorité croissante et assez concentrée pour rafler un maximum de députés, toujours plus, encore plus...

  • Écoutez la rencontre Gilles Proulx et Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 10 h 45 via QUB radio :

Patience

Le PLQ récolte une proportion prépondérante du vote des Anglos et des allophones... et presque rien du côté des francophones ? Il suffit d’attendre.

L’important pour le nouveau chef sera donc de ne surtout rien faire pendant que le Québec s’effrite « tranquillement » pour reprendre l’adverbe fétiche de nos modernisateurs déjà désuets.

Le cynisme d’Ottawa, avec sa lubie d’accueillir des dizaines de millions d’immigrants, va travailler à bâtir la base de ce PLQ post-québécois.

Car, oui : le PLQ aura de moins en moins besoin d’être québécois.

Le seul tort de Dominique Anglade est d’être arrivée trop tôt.

À bien y penser, ramenez-nous donc le bon docteur Couillard !

  • Écoutez la rencontre Gilles Proulx et Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 10 h 45 via QUB radio :

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.