/sports/opinion/columnists
Navigation

Dach et Slafkovsky: deux visions différentes

Canucks c. Canadiens
Photo Martin Chevalier Kirby Dach est peut-être l’élément qui manquait à Nick Suzuki et Cole Caufield pour offrir au Canadien de Montréal un premier trio dominant pour la prochaine décennie.

Coup d'oeil sur cet article

Kirby Dach et Juraj Slafkovsky se ressemblent. Le premier fait 6 pi 4 po et 212 lb tandis que le second mesure 6 pi 3 po et fait osciller la balance à 238 lb. Les deux sont des joueurs offensifs, avec des habiletés au-dessus de la moyenne. Pourtant, on fout la paix à l’un d’entre eux avec son jeu physique et on le laisse s’exprimer offensivement. Pas l’autre.

Pas mal convaincu que vous avez deviné de qui il s’agit. Placé à droite du premier trio du Canadien avec Cole Caufield et Nick Suzuki, Dach fait flèche de tout bois en ce moment. En regardant les deux derniers matchs de l’équipe, face aux Red Wings de Detroit et aux Canucks de Vancouver, mon constat a été sans équivoque : ce jeune-là sait jouer au hockey.

Grâce à son sens du jeu, Dach parvient constamment à trouver les espaces libres et à créer des choses à l’aide de son grand bâton. La chimie semble déjà installée avec Caufield et Suzuki et les trois jeunots nous offrent déjà des bribes de ce à quoi pourrait ressembler le premier trio du Tricolore pour les dix prochaines années.

Mais revenons au point initial. Dach, malgré son physique imposant, est libre de s’exprimer. Ce n’est pas un joueur physique, malgré ses 6 pi 4 po. Ce n’est tout simplement pas dans sa nature et, honnêtement, on s’en fout. Martin St-Louis le laisse exprimer son talent et ne lui bourre pas le crâne de directives du genre : « sois physique et termine tes mises en échec » ou « assure-toi de ne pas causer de revirements en zone défensive et en zone neutre ».

DEUX POIDS DEUX MESURES 

Je me demande donc pourquoi ça semble si important, aux yeux du Tricolore, que son premier choix au total au dernier repêchage, en l’occurrence Slafkovsky, soit robuste et s’implique physiquement.

En voulant lui apprendre « le style nord-américain », on semble oublier qu’à la base, tout comme Dach, l’ailier slovaque possède des habiletés individuelles au-dessus de la moyenne. Mais le jeune veut apprendre, c’est évident, et il applique ce qu’on lui dit. La conséquence de ça, on l’a vue contre les Red Wings mardi lorsqu’il a servi une mise en échec par-derrière à Matt Luff, qui lui a valu deux matchs de suspension. Mérités, d’ailleurs.

Mais je ne crois pas que Slafkovsky ait intentionnellement voulu blesser Luff. J’ai eu l’impression de voir un jeune à qui on a tellement répété qu’il devait s’impliquer physiquement et terminer ses mises en échec que c’est devenu un automatisme dans sa tête. Quand il a vu Luff, il n’a pas réfléchi, il a simplement appliqué ce qu’on lui répète depuis le début de l’année.

Il a plein de qualités, le gros ailier gauche du Canadien. Je ne comprends pas pourquoi on devrait toujours travailler sur les faiblesses d’un joueur plutôt que l’aider à améliorer ses qualités.

BEAU À VOIR 

Pour revenir à Dach, Suzuki et Caufield, il faut donner du crédit à Martin St-Louis pour les avoir placés ensemble. À la base, Dach est un joueur de centre, et plusieurs pensent que c’est sa position à long terme. À la lumière de ce que je vois de lui à l’aile droite à l’heure actuelle, je suis loin d’être convaincu qu’il retournera pivoter un trio un jour.

C’est rare de voir un trio composé de trois droitiers et encore plus rare de voir la chimie entre les trois s’installer dès les premières minutes jouées ensemble.

Je n’ose même pas m’imaginer à long terme, mais ils seront encore plus confortables avec l’un et l’autre, ce que ça pourrait donner.

Le CH est à la recherche d’un vrai premier trio depuis très longtemps. Et il pourrait finalement l’avoir sous la main.

Les échos de Bergie 

SUBBAN DANS SA CHAISE 

À la surprise d’absolument personne, c’est dans les médias que PK Subban entamera son après-carrière. Il a accepté un contrat avec le réseau ESPN et, honnêtement, il s’agit d’une belle prise pour eux. Subban va faire de l’excellent travail. Il sera spectaculaire, mais aussi pertinent parce qu’au-delà du personnage public flamboyant qui a pris l’avant-scène au cours des dernières années, il ne faut pas oublier qu’il a connu une brève, mais fructueuse carrière dans la LNH. Il pourra toujours dire qu’il a remporté le trophée Norris en 2013 avec le Canadien de Montréal. Il est maintenant voué à une belle carrière dans les médias et, à 33 ans, elle pourrait être longue.

BRAVO AUX DEVILS

Les Devils du New Jersey suivent la tendance des organisations qui s’associent avec des anciens qui ont marqué leur histoire, et j’adore ça. Après deux ans et demi à titre de conseiller aux opérations hockey avec les Devils, Martin Brodeur a reçu jeudi non seulement une prolongation de contrat, mais également une promotion, lui qui agira maintenant à titre de vice-président exécutif aux opérations hockey de l’organisation. Bravo. Martin suit les traces d’anciens joueurs vedettes comme Joe Sakic avec l’Avalanche du Colorado et Steve Yzerman avec les Red Wings de Detroit, en s’impliquant avec l’équipe qui lui a permis de connaître une brillante carrière de joueur. En plus, Martin se positionne avec une jeune équipe en pleine progression qui pourrait faire des ravages dans les prochaines années. Un beau défi à l’horizon.

DJ SMITH DANS LE TROUBLE 

L’entraîneur-chef des Sénateurs d’Ottawa ne doit pas avoir de la facilité à s’endormir le soir. Avant le début de la saison, le directeur général de l’équipe, Pierre Dorion, assurait que les Sens étaient prêts à passer à la prochaine étape avec les acquisitions de Claude Giroux et d’Alex DeBrincat, mais c’est tout le contraire qui se produit. Ottawa est incapable de trouver son rythme et, avant les matchs d’hier, croupissait au 28e rang dans la LNH. S’il ne parvient pas à redresser la barque rapidement, il pourrait fort bien être le premier entraîneur congédié cette saison. Même chose pour Bruce Boudreau, à Vancouver. Le président des Canucks, Jim Rutherford, a récemment été virulent dans les médias à propos du début de saison de l’équipe, critiquant notamment le système de l’équipe. Certes, Boudreau a de l’expérience et en a vu d’autres, mais il n’en reste pas moins que son poste est en péril.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.