/misc
Navigation

Kherson, le point tournant dans la guerre

Kherson, le point tournant dans la guerre
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le retrait de Kherson est un autre revers humiliant et peut-être décisif pour Poutine. C'était la seule capitale régionale ukrainienne que la Russie avait réussi à capturer depuis l'invasion de l'Ukraine le 24 février. Il y a à peine six semaines, Poutine a affirmé que Kherson et trois autres territoires ukrainiens feraient partie de la Russie « pour toujours ». 

Poutine, qui porte le titre pompeux de « commandant en chef suprême des forces armées russes », n'était pas présent lorsque son ministre de la Défense Choïgou, aux côtés du commandant russe en Ukraine, le général. Sergueï Sourovikine, a annoncé le retrait à la télévision.

La retraite de Kherson semble montrer que Poutine n'est plus personnellement impliqué dans la planification de la guerre même si la décision n'aurait pas été prise sans son approbation. Y a-t-il été contrait par ses généraux ?

Kherson était la dernière d'une série de catastrophes militaires pour Poutine. Parmi elles, la tentative ratée s'emparer de Kyiv, la capitale ukrainienne et la déroute des forces russes de la région de Kharkiv.

Le désastre Kharkiv avait forcé Poutine à décréter une campagne mobilisation qui a incité des centaines de milliers d'hommes à fuir la Russie alors que des dizaines de milliers de Russes mal entraînés ont été envoyés en première ligne en Ukraine.

La ligne de front de plus de 1 000 kilomètres est si longue que la Russie n'a tout simplement pas assez de combattants pour la tenir même si elle mobilise plus d'hommes.

C’est la faute à Poutine

L’abandon de Kherson va stimuler l'opposition à la guerre, qui s’accroit au rythme des revers militaires, de l'augmentation des pertes et de l'aggravation des difficultés économiques de la Russie.

Même la faction pro-guerre, dont des blogueurs militaires, qualifie le retrait de la ville de « trahison ». L'ancien conseiller de Poutine, Sergei Markov, a déclaré sur Telegram que « la reddition de Kherson est la plus grande défaite géopolitique de la Russie depuis l'effondrement de l'URSS » et a averti que «les conséquences politiques de cette énorme défaite seront vraiment importantes».

La classe d’affaires qui espère la fin et des sanctions mondiales prend discrètement ses distances alors que le soutien des Russes ordinaires montre également des signes de fatigue. Avant l'annonce de la récente conscription, environ 30 % des Russes interrogés par un sondage ont déclaré que les gens autour d'eux étaient anxieux. Depuis ce nombre est passé à 69 %.

Une défaite particulièrement significative

Je l'ai dit dans un blogue précédent, la retraite de Kherson est une défaite historique de l'armée russe, comme l'échec allemand à prendre Stalingrad pendant la Seconde Guerre mondiale. Un coup dur pour le moral déjà bas de l'armée russe.

La Russie perd la tête de pont nécessaire pour avancer vers Odessa. Si le Kremlin ne peut pas prendre le port stratégique et couper l'Ukraine de la mer Noire, la campagne militaire du Kremlin échouera probablement, entraînant peut-être avec elle la chute de Poutine. Jusqu'où est-il prêt à aller pour gagner ? La guerre nucléaire ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.