/qubradio
Navigation

Laval veut un coup de pouce de Québec pour contrer la violence armée

Sandra Desmeules
PHOTO COURTOISIE CABINET DU MAIRE DE LAVAL. Sandra Desmeules

Coup d'oeil sur cet article

Avec la vague de violence actuelle, la responsable de la Sécurité publique de Laval, Sandra Desmeules, demande au gouvernement provincial plus de ressources pour le service de police de Laval (SPVL). 

• À lire aussi: Montée de la violence armée: le maire de Laval demande plus de soutien de Québec

• À lire aussi: Près de cinq heures d’angoisse confinés

En entrevue à QUB radio, Mme Desmeules a mentionné que le statu quo ne pourrait pas perdurer.

«Les policiers travaillent très fort sur le terrain et ils sont fatigués. Ça ne pourra pas continuer comme ça dans les prochaines années», a-t-elle souligné, au micro de Philippe-Vincent Foisy.

Selon elle, plus il y a d’agents des forces de l’ordre en mesure de cueillir de l’information sur le terrain, plus le SPVL peut émettre des accusations au Directeur des poursuites criminelles et pénales. Cette dernière souhaite voir plus de patrouilleurs dans les rues et plus de policiers qui supportent les escouades spécialisées en place.

En réaction au fait que Québec a réservé 450 policiers pour la Ville de Montréal, Mme Desmeules a qualifié cette annonce d’inquiétante pour le SPVL. «Est-ce qu’on peut s’asseoir et discuter pour avoir une somme d’argent réservée pour l’embauche de policiers à Laval? Nous faisons également face à une montée de la violence, nous avons besoin de ressources», a -t-elle mentionné, ajoutant que la quantité demandée n’était pas identique à celle de Montréal.

Le président de la Fraternité des Policiers de Laval, Sylvain Tardif, abonde dans le même sens. En entrevue avec Isabelle Maréchal à QUB radio, ce dernier a avoué qu’il se questionnait quant au fait que Laval n’avait pas reçu de financement pour combattre la violence armée. «On le voit dans les dernières semaines, la violence est toujours présente sur le territoire», a-t-il ajouté.

Sans se dire jaloux de la Ville de Montréal, M. Tardif a réalisé que Laval était dans l’ombre de la métropole depuis des années: «Nous avons de nouveaux députés de la Coalition avenir Québec sur le territoire. J’en appelle à toute la communauté politique à prendre acte de ce qui se passe à Laval. Ça prend du financement maintenant et de façon pérenne.»

Il a ajouté du même souffle que les citoyens de Laval payaient leur service de police via les taxes municipales et allaient financer les services de la Sûreté du Québec avec leurs impôts. «Il y a une forme d’iniquité. Il n’y pas d’argent qui rentre de Québec. Cela doit faire l’objet d’études de notre nouveau ministre de la Sécurité publique», a-t-il déclaré.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.