/sports/opinion/columnists
Navigation

Prêter une oreille attentive

Penguins c. Canadiens
Photo Martin Chevalier Il faut croire que les joueurs du Canadien sont de merveilleux étudiants. Ils écoutent et ils exécutent.

Coup d'oeil sur cet article

Martin St-Louis le répète souvent. Vous devez jouer selon vos capacités, mais vous devez avant tout analyser ce que le match vous offre. Avant le début de la saison, n’avait-il pas déclaré, dans une entrevue accordée à Jean-Charles Lajoie : « Il faut écouter ce que le match vous propose et ensuite répondre comme il se doit. »

Il faut croire que les joueurs du Canadien sont de merveilleux étudiants. Ils écoutent et ils exécutent. Quel spectacle ont-ils fourni samedi soir !

Quelques jours auparavant, St-Louis avait précisé : « Il est difficile d’obtenir une performance parfaite de la part de tout le monde. Pour un entraîneur, tu sais très bien que si un aspect du jeu fonctionne bien, il se peut très bien que ça cloche sur une autre façon d’attaquer l’adversaire. »

Par contre, face aux Penguins, l’entraîneur avait toutes les raisons pour savourer l’effort déployé par ses équipiers. Il a apprécié le boulot effectué par David Savard et Kaiden Guhle face au trio de Sidney Crosby, Jake Guentzel et Bryan Rust. Aucun tir au but par Crosby face à Guhle et Savard.

On l’a vu sourire quand Josh Anderson a marqué le premier but du match.

Prouesses du premier trio

Il a encore une fois applaudi les prouesses de son trio de Nick Suzuki, Cole Caufield... et Kirby Dach. S’il y avait un recruteur des Blackhawks de Chicago au Centre Bell, samedi, il a sans doute évité de parler de Dach à son patron. Le jeune homme non seulement s’avère-t-il un compagnon de jeu de haut niveau pour Suzuki et Caufield, mais il a pris de l’assurance. Il joue son style, comme le dit St-Louis, mais il écoute ce que le match lui dit.

N’a-t-il pas préparé le jeu assurant la victoire au Canadien ?

Cette équipe ne baisse jamais les bras. Elle tirait de l’arrière 2-1, but. Elle tirait de l’arrière 3-2, but. Elle tirait de l’arrière 4-3, but.

Impressionnant et aussi rafraîchissant.

« On a gagné en prolongation, mais nous avons dominé nos rivaux. Nous étions la meilleure équipe sur la patinoire. »

Et les joueurs se sont rappelé qu’ils doivent jouer à l’intérieur de leurs capacités, mais surtout qu’ils doivent réagir à ce que leur propose le match.

Quand vous affrontez les Penguins, aller devant le filet est un incontournable. Il y a évidemment un prix à payer, mais ce prix est moins élevé que d’aller faire des emplettes au Dollarama. N’y avait-il pas de la circulation devant Tristan Jarry sur le tir d’Anderson ? Où était Dach quand Caufield a décoché un tir de 45 pieds ? Devant le filet. Où était Monahan quand il a pris le retour d’un lancer ? À quelques pouces de Jarry.

Écouter ce que le match propose... 

Et réagir !

Des statistiques renversantes

Aviez-vous parié que le Canadien présenterait un bilan de huit victoires après 15 matchs ? Dans le jeu des comparaisons, avant les matchs d’hier, c’est une victoire de plus que le Lightning de Tampa Bay, une victoire de plus que les Rangers de New York, une victoire de plus que les Capitals de Washington, deux victoires de plus que les Penguins de Pittsburgh, trois victoires de plus que les Sénateurs d’Ottawa. À cela, on ajoute que le Canadien est à égalité avec les Maple Leafs de Toronto et les Panthers de la Floride avec huit victoires...

Il y avait plusieurs recruteurs au Centre Bell, mercredi dernier, pour le match entre le Canadien et les Canucks de Vancouver. On comprendra que les Canucks retiennent l’attention parce qu’on s’attend à des changements importants si jamais on décide de faire le grand ménage et qu’on lance un processus de rajeunissement. Et l’exemple du Canadien n’est pas sans soulever les conversations à travers la ligue. Ces mêmes recruteurs ont sans doute pris des notes sur quelques vétérans du Tricolore qui pourraient s’avérer des joueurs importants pour leur organisation. La semaine dernière, à Denver, on s’interrogeait à savoir si Sean Monahan pourrait aider l’Avalanche du Colorado, toujours à la recherche d’un deuxième joueur de centre. Le vétéran Joel Edmundson a chassé les interrogations relativement à son état de santé. Il a fait un retour remarqué...


♦ Beau geste de Sheldon Keefe, samedi soir, lorsqu’il a délégué les six joueurs suédois des Maple Leafs de Toronto pour la première mise en jeu dans le cadre de la soirée Börje Salming. Une soirée très émotive pour un grand défenseur qui lutte contre la maladie de Lou Gehrig...

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.