/opinion/columnists
Navigation

Le Canada, paradis de l’espionnage chinois

Coup d'oeil sur cet article

L’arrestation de Yuesheng Wang par la GRC n’est pas étonnante. Ce qui est curieux est plutôt que si peu d’arrestations aient eu lieu jusqu’à présent en lien avec l’espionnage chinois.

L’arrestation de Wang survient après que le gouvernement canadien a décidé de suivre les États-Unis en faisant de la région indopacifique sa priorité et en définissant la Chine comme principal obstacle à la sécurité globale.

Comme si la nomination de Xi Jinping et de sa faction à la tête du Parti communiste chinois le mois dernier avait scellé, aux yeux du gouvernement canadien, la transformation totalitaire de la Chine.

  • Écoutez l'édito de Loïc Tassé diffusée chaque jour en direct 12 h 30 via QUB radio :

Pas un secret

Quoi qu’il en soit, les opérations secrètes du gouvernement chinois ne sont un secret pour personne. En 2021, Paul Charon et Jean-Baptiste Jeangène Vilmair publiaient aux Presses de l’Institut de recherche stratégique militaire de France un ouvrage de plus de 600 pages sur les opérations d’influence chinoise dans le monde. Le Canada y fait l’objet d’un chapitre entier, tant les influences chinoises y sont fortes.

Le livre, disponible gratuitement en ligne, donne de multiples exemples des modes d’influence de la Chine au Canada. Il montre avec des exemples concrets comment les politiciens, les médias, les réseaux sociaux ou encore les établissements d’enseignement sont influencés par la Chine.

Se plier aux demandes américaines

La diaspora chinoise du Canada est très nombreuse. Près de 1,8 million de Canadiens sont d’ascendance chinoise. La vaste majorité de ces citoyens sont loyaux au Canada. Et les Chinois d’origine taïwanaise sont même plutôt anti-Chine de Pékin. Mais cette diaspora nombreuse permet aux espions chinois de passer inaperçus.

Les entreprises canadiennes qui veulent commercer avec les États-Unis n’auront pas le choix de se conformer aux dictats de sécurité de Washington. C’est une mauvaise nouvelle pour beaucoup de Canadiens d’origine chinoise parce que leurs relations seront scrutées à la loupe, beaucoup plus que pour les personnes d’autres origines.

Mais en même temps, les gouvernements, les universités et les entreprises ont trop souvent naïvement ouvert leurs portes à des personnes d’immigration récente pour des postes névralgiques. Wang œuvrait dans le domaine hypersensible des batteries électriques pour automobiles...

Cette dure réalité tranche avec les rêves de pays transnational auquel aspire Justin Trudeau.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.