/opinion/columnists
Navigation

Trump: le monstre est de retour!

Coup d'oeil sur cet article

En 1976, avec son film Carrie, le cinéaste Brian De Palma a révolutionné le cinéma d’horreur...

Il a inventé la fin après la fin.

Juste comme on pensait que la fille qui foutait le feu partout avec ses yeux était morte et enterrée...

Badam! Son bras sortait de terre!

Malheureusement, ce qui était original et audacieux à l’époque (les spectateurs poussaient des cris de terreur dans les salles à chaque projection) est devenu un cliché.

Plus moyen de voir un film d’horreur sans que le monstre qu’on croyait mort se remette à gigoter.

  • Écoutez l'édito de Richard Martineau diffusé chaque jour en direct 8 h 30 via QUB radio :

Le «loser»

Dernier exemple en date: Trump.

Le Grand Orange a reçu un coup de couteau en plein cœur quand il a perdu la Chambre des représentants en 2018.

Il a été fauché à la mitraillette lors des élections présidentielles du 3 novembre 2020.

Puis il est passé au lance-flammes aux midterms.

Or, qui est sorti de terre, mardi?

Lui!

Alors qu’il sentait encore le brûlé!

The Donald veut encore représenter le Parti républicain aux prochaines élections!

Reste à savoir si les Républicains veulent renouveler leurs vœux...

Car s’il y a une chose qui ne pardonne pas en politique, c’est la défaite.

Déjà, certains de ses supporters ont commencé à le lâcher, prétextant que leur ancien Sauveur a dépassé les bornes, qu’ils ont vu la lumière et que ce qu’ils ont appris lors de la Commission d’enquête sur l’assaut du Capitole du 6 janvier 2021 les a dégoûtés du personnage...

Quelle hypocrisie, quand même!

Car personne n’est dupe.

Si Trump avait remporté les midterms, ceux qui aujourd’hui jouent les vertueux et lui tournent le dos lui lècheraient les bottes à grands coups de langue...

Ce ne sont pas les attaques de Trump contre la démocratie qu’on ne lui pardonne pas.

C’est d’avoir mordu la poussière à trois reprises.

Rien de pire qu’un tyran qui ne tyrannise plus personne...

La momie

«Quand j’serai fini pis dans la rue / Mon gros public, je l’aurai pu / Y en aura d’autres, plus jeunes, plus fous / Pour faire danser les bougalous», chantait Charlebois.

C’est ce qui arrive avec le gouverneur de Floride Ron DeSantis.

La nouvelle star des Républicains n’est peut-être pas plus fou (qui pourrait être plus taré que Trump?), mais il est plus jeune.

De 32 ans.

De quoi faire passer Joe Biden pour La Momie.

Cela dit, il y a Trump et le trumpisme.

Ce n’est pas parce que Michel Montignac est mort en 2012 que les gens ont cessé de suivre son régime.

Même si les Républicains lui donnent son 4%, Trump continuera à être influent.

Ça pourrait même être pire.

Car cette fois, ce n’est pas dans la Maison-Blanche que le monstre s’agitera, face à un Congrès et à un Sénat qui tenteront tant bien que mal de le maîtriser.

Mais dans la rue.

Frankenstein vous a fait peur entre 2017 et 2020?

Vous n’avez rien vu: le monstre a quitté le laboratoire, et est suivi par des milliers de coucous armés jusqu’aux dents!

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.