/opinion/columnists
Navigation

La police malade

Coup d'oeil sur cet article

Nos policiers, plus que tout autre type de professionnels, se font cavalièrement accuser de tout et n’importe quoi, surtout de racisme.

Habituellement, vous le savez, nos policiers se font reprocher leur soi-disant «brutalité», même si on est bien content de pouvoir appeler des agents intrépides en cas de danger, n’est-ce pas?

Cela dit, je ne veux pas vous parler des habituelles rengaines anti-police.

J’ai lu un article étonnant du journal Infos Laurentides, signé Stéphane Tremblay, au sujet du service de police de Saint-Jérôme.

  • Écoutez la rencontre Gilles Proulx et Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 10 h 45 via QUB radio :

Des «ogues» à la rescousse

«Huit policiers sur 10 sont épuisés, voire “brûlés”, au sein du corps de police de la Ville de Saint-Jérôme, un inquiétant constat qui demande l’intervention d’une équipe externe pour remédier [...] à la situation», écrit M. Tremblay.

Pour contrer la détresse manifeste de ces policiers brûlés, on va apparemment faire appel à des «ogues» pour, notamment, donner des trucs pour mieux dormir aux agents.

Faut-il applaudir? Pourquoi ne pas plutôt s’attaquer aux racines du problème?

Saint-Jérôme, ville lourdement criminalisée, et qui a déjà été la capitale de l’assistance sociale au prorata de la population, fait face à un phénomène endémique d’itinérance avec «village de tentes» et église changée en refuge, comme à Montréal.

Une quantité faramineuse d’appels en rapport avec des urgences ou des délits liés à cette population de laissés-pour-compte a affligé les policiers... qui se retrouvent obligés de jouer les intervenants sociaux, ce qu’ils ne sont pas!

Quand ils infligent des amendes aux délinquants itinérants, c’est totalement inutile.

La désorganisation et les effectifs insuffisants obligent aussi ces policiers à des heures supplémentaires obligatoires et à des horaires de nuit.

Alors oui, il y a de quoi finir «brûlé»...

  • Écoutez la rencontre Gilles Proulx et Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 10 h 45 via QUB radio :

Naïveté

C’est naïf de penser qu’on va améliorer la situation avec des «psy» payés par la population.

Cessons d’exiger de nos policiers qu’ils deviennent tout et n’importe quoi : pédagogues, sociologues, psychologues, etc.!

Laissons-les être des policiers!

Avant de les soigner, arrêtons de les rendre malades!

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.