/misc
Navigation

Cole Caufield a le sourire de Gary Carter

HKN-HKO-SPO-TORONTO-MAPLE-LEAFS-V-MONTREAL-CANADIENS
Photo d’archives Cole Caufield tout sourire lors du premier match de la saison, le 12 octobre, contre les Maple Leafs de Toronto, au Centre Bell.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a environ un mois, France Margaret Bélanger, présidente, sports et divertissement du Groupe CH, m’appelle pour savoir si j’étais intéressé de participer aux cérémonies d’avant-match contre les Devils.

Ce soir-là, les joueurs du Canadien portaient un chandail et des bas de la couleur bleu poudre que les Expos arboraient sur leurs uniformes à l’étranger au tout début de leur arrivée en 1969 jusqu’en 1991. 

Si ma réponse était positive alors Jon Trzcienski, le vice-président marketing du Canadien, communiquerait avec moi.

J’avais la chance de faire vivre à nouveau les Expos dans le cœur des partisans montréalais. 

Cette fois, au lieu d’avoir Jacques Doucet à mes côtés pour me guider, c’était le réputé annonceur du Canadien Michel Lacroix. Paul Gallant, directeur production, et Cynthia Paquin Lesage, gestionnaire principale vidéo et présentation d’un match, ont tellement facilité l’organisation de mon travail.

Les jeunes du Canadien

Lors de la période de réchauffement d’avant-match, je n’ai pas pu m’empêcher de revoir mon film imaginaire Field of Dreams. Tout comme Andre Dawson, le capitaine Nick Suzuki est un meneur silencieux, mais très efficace. Le début de carrière du jeune défenseur Kaiden Guhle me remémore l’extraordinaire talent de Pedro Martinez. Tim Raines pouvait changer le rythme d’un match de plusieurs autres façons que par sa vitesse tout comme Josh Anderson peut le faire.

Joel Edmundson, par son calme, a le respect de ses coéquipiers tout comme Tim Wallach le faisait au sein des Expos. Le releveur John Wetteland éteignait l’ardeur des frappeurs. Le défenseur Arber « WiFi » Xhekaj accomplit le même rôle.

Sean Monahan et Larry Walker ont vu leurs équipes respectives les laisser partir, car elles ne voulaient pas les payer à leur juste valeur. Tandis que Brendan Gallagher et Moises Alou sont deux joueurs combatifs et des meneurs. Malheureusement, les blessures exercent une influence majeure sur leur carrière.

Dennis Martinez porte secours et assistance aux personnes de son pays natal, le Nicaragua. Jake Allen est le récipiendaire du trophée Jean-Béliveau pour son implication communautaire. David Savard et Samuel Montembeault me font penser au groupe de releveurs des Astros, car ils jouent un rôle effacé, mais tellement efficace.

Deux grands entraîneurs-chefs

Les deux ont excellé dans leur sport respectif. Ils ont été des entraîneurs adjoints avant qu’ils obtiennent un poste temporaire d’entraîneur-chef. Felipe Alou a dirigé un groupe de jeunes Expos au premier rang, et Martin St-Louis nous amène vers le même cheminement. 

La passion de leur sport, le respect de leurs joueurs et la confiance des partisans sont des points en commun. Avec un brin d’humour, les deux entraîneurs ont demeuré à Laval.

Guerrero Sr et Carter ?

Qui sont les Vladimir Guerrero Sr et Gary Carter au sein du Canadien ? Vladimir et Gary étaient les vedettes montantes. Guerrero le pur-sang avec de multiples talents était tout comme Juraj Slafkovsky, mais ce dernier n’a pas pu profiter d’un séjour dans les mineurs pour développer son talent.

Cole Caufield a fait rêver les partisans qui suivaient son progrès dans les rangs universitaires américains. Présentement, il est en train de devenir l’un des bons marqueurs de la LNH. Il est rafraîchissant et spectaculaire à voir à l’œuvre sur une patinoire.

Son chaleureux sourire nous permettra toujours de chérir dans nos cœurs une pensée de celui du regretté Gary Carter.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.