/news/politics
Navigation

Pénurie de médicaments: un million de bouteilles sur les tablettes d’ici une semaine

bloc pharmacien pharmacie medecin urgence Female pharmacist holding medicine bottle giving advice to customer in chemist shop or pharmacy
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Santé Canada assure qu’un million de bouteilles d’antidouleurs atterriront sur les tablettes de pharmacies et des hôpitaux du pays d’ici la fin de la semaine prochaine, mais cela ne veut pas dire que la pénurie sera terminée. 

• À lire aussi: QS presse la CAQ de régler la pénurie de médicaments pour enfant

• À lire aussi: Des pharmaciens en renfort pour fabriquer du Tylenol pour enfant

Cette nouvelle entrée de médicaments inclut notamment de l’ibuprofène liquide pour enfants ainsi que de l’acétaminophène liquide pour les enfants et les bébés.

«Les fabricants ont augmenté leur production pour atteindre des niveaux record, mais la demande a continué de croitre et a grandement dépassé l’offre», a expliqué le Dr Marc Berthiaume, directeur du Bureau des sciences médicales à Santé Canada, lors d’une conférence de presse virtuelle vendredi.

Il est difficile de prévoir à quel moment la pénurie de médicaments sera réglée étant donné l’incertitude concernant les infections au courant des prochains mois, a poursuivi la Dre Supriya Sharma, conseillère médicale en cheffe de Santé Canada.

Le système de santé traverse actuellement une tempête parfaite avec trois virus respiratoires jouant un rôle prépondérant: la grippe, le virus respiratoire syncytial (VRS) et la COVID-19.

  • Écoutez le segment tout savoir en 24 minutes avec Alexandre Moranville au micro de Mario Dumont sur QUB radio :

Le Dr Berthiaume n’a pas manqué de souligner «le caractère exceptionnel de la période de la prévalence des virus respiratoires que l’on vit actuellement».

«Le fait que la demande soit si élevée ne veut pas dire qu’il n’y a pas de produits qui rentrent. Il y a beaucoup de produits qui rentrent, mais la demande reste extrêmement élevée, ce qui fait qu’on a l’impression que les produits ne sont pas là», a-t-il dit.

La pénurie actuelle d’antidouleurs, a expliqué le Dr Berthiaume, est en grande partie due à une demande au-dessus de la normale en raison des infections liées à la COVID-19 au courant de l’été dernier.

L’augmentation de la production a commencé «dès avril», mais la demande a tellement augmenté à l’automne qu’elle a pris tout le monde de court.

Le Dr Berthiaume a aussi mis en clair le fait que l’exigence du bilinguisme sur les étiquettes des produits importés n’a pas été un facteur dans la pénurie actuelle.

«Il y a eu beaucoup de questions sur le processus en coulisses quant à ces propositions, notamment à savoir si les exigences en ce qui concerne l’étiquetage bilingue ont ralenti l’accès au produit. Je vous assure que ce n’est pas le cas.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.