/finance/opinion/columnists
Navigation

Une ruée vers l’or sans précédent au Québec

Coup d'oeil sur cet article

L’exploration a très bonne mine au Québec. En 2021, le Québec a enregistré un record québécois historique au chapitre des dépenses en travaux d’exploration et de mise en valeur de gîtes minéraux. Et ce, grâce en grande partie à l’exploration aurifère.  

Les dépenses d’exploration minière ont atteint les 990 millions de dollars, dont 708 millions de dollars effectuées par les sociétés d’exploration ; 278 millions de dollars par les sociétés exploitantes ; et 4 millions de dollars par les sociétés publiques (contrôlées par le gouvernement du Québec).  

En hausse de 85 % par rapport à 2020, les dépenses d’exploration records en 2021 témoignent de l’intérêt des compagnies pour le potentiel minier du Québec, laisse-t-on entendre dans l’enquête annuelle sur l’investissement minier qu’a mené Louis Madore, analyste principal des statistiques minières à l’Institut de la statistique du Québec. 

Métaux précieux

Ce sont les métaux précieux, dont principalement l’or, qui arrivent en tête des dépenses d’exploration et de mise en valeur de gîtes miniers : ils ont accaparé 71,5 % des dépenses totales d’exploration, avec des travaux chiffrés à 708 millions $. 

La recherche de gîtes de lithium, de graphite et de terres rares compte pour à peine 5,6 % des dépenses d’exploration, les travaux se chiffrant à 56 millions $.  

Le fer, le titane et le vanadium ont accaparé 9,5 % des dépenses, avec des travaux s’élevant à 94 millions $.  

Les travaux d’exploration de métaux usuels, dont font partie le zinc, le cuivre et l’aluminium, ont généré des dépenses de 119 millions $.  

  • Écoutez la rencontre avec Dumont diffusée chaque jour en direct 7 h via QUB radio :

Notre « klondike »

Sans surprise, c’est la région du Nord-du-Québec qui occupe le premier rang des travaux d’exploration minière avec 62,8 % de l’ensemble des dépenses, soit pas moins de 622 millions de dollars.  

Suit au second rang l’Abitibi-Témiscamingue avec des travaux de 236 millions $, près de 24 % des dépenses totales au Québec.  

Complexes miniers

Concernant maintenant les dépenses en investissement dans les complexes miniers du Québec, elles se sont élevées en 2021 à 3,3 milliards de dollars. Cela comprend des dépenses de 1,67 milliard $ en immobilisation ; de 897 millions $ en aménagement ; et de 733 millions $ en réparation et entretien. 

Pour les investissements dans les complexes miniers, 2021 fut la « meilleure » des huit dernières années.  

C’est en 2012 et 2013 que les plus gros investissements dans les complexes miniers au Québec ont été effectués, atteignant respectivement 4,5 milliards $ et 4,2 milliards.  

Parenthèse politique : ces deux bonnes années d’investissements miniers coïncident avec le règne de la première ministre péquiste Pauline Marois, soit de septembre 2012 à avril 2014 !  

Domination étrangère

Selon l’enquête de Statistique Québec, l’investissement massif dans nos richesses minières est dominé par les étrangers.  

En 2021, près de 60 % (59,8 %) des dépenses d’investissement pour les complexes miniers ont été engagées par des sociétés étrangères.  

Les sociétés canadiennes, dont le siège social est hors Québec ont, pour leur part, accaparé 37,8 % des dépenses. 

Les sociétés québécoises, elles, font piètre figure avec seulement 2,5 % des investissements. Voilà une statistique extrêmement décevante. 

Chose certaine, on est loin d’être « maîtres chez nous » avec nos richesses minières !

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.