/sports/tennis
Navigation

À sa grande surprise, Ruud rejoint Djokovic en finale

À sa grande surprise, Ruud rejoint Djokovic en finale
AFP

Coup d'oeil sur cet article

TURIN | Après Roland-Garros et le US Open, voici Casper Ruud dans une autre grande finale, celle du championnat de fin de saison. Impérial durant presque tout le match, le Norvégien a facilement vaincu Andrey Rublev samedi, 6-2 et 6-4. 

• À lire aussi: Djokovic: pour une place dans l’histoire... et un énorme chèque

• À lire aussi: Taylor Fritz dégoûté par l’attitude d’un spectateur

Mais, s’il est fier de sa performance, fier de cette autre chance de mettre la main sur un titre d’importance, le Norvégien reconnaît que ce ne sera pas une mince tâche de venir à bout de Novak Djokovic dimanche vers 13h, heure du Québec.

«Ce sera un grand défi, a reconnu le troisième favori. Novak en finale, sur un terrain de dur intérieur, est sans doute l’un des joueurs les plus difficiles à affronter dans l’histoire de notre sport.»

À sa grande surprise, Ruud rejoint Djokovic en finale
AFP

Mais, samedi, face à Rublev, Ruud n’a montré aucune faiblesse. Si ce n’est à 5-2, en deuxième manche, quand il tentait d’obtenir son billet pour la finale de la prestigieuse compétition.

Le joueur de 23 ans a offert au Russe sa première balle de bris du match. Rublev, qui s’était totalement effondré vers la fin de la première manche – il a concédé son service quatre fois de suite –, n’allait pas rater une telle chance de sauver son honneur. 

Andrey transformé en Casper

Car samedi, sur le terrain, ce n’était pas Casper, le fantôme, mais bien Andrey. «J’ai amorcé le match assez bien, mais après, je ne sais pas, Casper était juste trop bon. Il jouait vraiment bien, de façon vraiment solide. Dès le début, son calibre de jeu était élevé», a analysé la sixième tête de série. 

«Quand le match était presque terminé, j’ai réussi à me calmer un peu et j’ai joué de façon agressive, mais sans en faire trop, a poursuivi Rublev. Je jouais mieux.»

À sa grande surprise, Ruud rejoint Djokovic en finale
AFP

Mais il était «trop tard», a-t-il aussi convenu. Le Norvégien a complété le boulot à son retour au service. 

Candide, Ruud s’est dit surpris de se retrouver en finale dans ce tournoi relevé. Et surpris, également, des autres finales d’importance qu’il a atteintes cette saison. 

Car en plus de Turin, de Paris et de New York, le deuxième favori a disputé le match ultime au Masters de Miami. Trois de ces quatre finales auront été jouées sur le dur, alors que le Norvégien a toujours été réputé pour son brio sur la terre battue. 

Il ne lui manque plus qu’un titre d’importance, lui qui a déjà soulevé neuf trophées dans sa jeune carrière, mais tous dans des épreuves de catégorie 250. 

«Je me suis surpris [cette saison], a-t-il reconnu. Surtout de la façon dont l’année avait commencé. Je me suis tordu la cheville juste avant l’Open d’Australie. Dans l’avion, à mon retour, je ne croyais pas que je serais dans pareille position aujourd’hui.»

Il croyait peu en ses chances

Peut-être un peu trop humble, Ruud a ajouté que lorsqu’il a vu le tirage au sort, il croyait être le joueur parmi les huit qualifiés qui avait le moins de chances d’atteindre la finale. 

À sa grande surprise, Ruud rejoint Djokovic en finale
AFP

«Je me comparais à tous ces autres grands joueurs, que je considère comme meilleurs que moi sur le dur intérieur», a-t-il soulevé. 

Mais Rublev, lui, n’était pas surpris. «Je pense que les gens vont réaliser [à quel point il est bon], a affirmé le Russe. C’est la première année où il obtient d’aussi bons résultats. Il n’y a pas beaucoup de joueurs qui atteignent deux finales du Grand Chelem en une année. Et le voilà à nouveau en finale.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.