/sports/soccer
Navigation

Qatar 2022: merci au CF Montréal et au Québec

Coup d'oeil sur cet article

• À lire aussi: Qatar 2022: le Canada est de retour au Mondial de soccer après 36 ans

Samuel Piette

Photo d'archives, AFP

  • Milieu de terrain 
  • 28 ans
  • Repentigny
  • CF Montréal

C’est à 17 ans que Samuel Piette a compris qu’il avait un avenir avec l’équipe nationale du Canada. Il prenait alors part au Mondial des moins de 17 ans, au Mexique.

« Je ne pensais pas que le Canada pouvait participer à la Coupe du monde. Pas parce qu’il n’y avait pas de talent, je croyais que c’était administrativement impossible. On ne se rendait jamais à la dernière étape de qualification. 

« Pour moi, l’équipe nationale était là pour jouer des matchs et parce que ça prenait une équipe nationale. »

Et maintenant, Piette est dans le top des joueurs les plus titularisés au sein de la formation senior, mais il sait que c’est bien éphémère.

« C’est un honneur de pouvoir représenter ton pays. On est 26 joueurs et quand on prend un pas de recul, on réalise qu’on représente 38 millions de personnes, c’est quelque chose. 

« C’est aussi un sentiment du devoir accompli de faire partie des meilleurs au Canada, mais je ne tiens jamais ça pour acquis parce que je ne suis pas un Alphonso Davies ou un Jonathan David, je ne suis pas indispensable et je ne suis pas jeune comme eux. »

Nouveau regard

Le Québécois croit surtout que ses coéquipiers et lui ont enfin vaincu le sentiment d’infériorité qui a longtemps miné cette équipe. Et il se souvient quand c’est survenu.

« C’est lors d’un match de la Ligue des nations contre les États-Unis, à Toronto. On a super bien joué, on a gagné 2 à 1, et je pense que c’est la première fois qu’on a réalisé qu’on était bons et qu’on pouvait rivaliser. »

Le Canada battait alors les États-Unis pour la première fois en 29 ans après une séquence de 15 matchs sans victoire. 

Mauro Biello

Photo d'archives, Agence QMI

  • Entraîneur adjoint
  • 50 ans
  • Montréal
  • Programme canadien

Parmi les Québécois qui représenteront le Canada au Mondial, Mauro Biello est sans doute le plus connu.

L’ancienne vedette de l’Impact de Montréal agit comme adjoint de John Herdman depuis 2018. Il a donc connu un cycle complet du Mondial avec cette équipe et il l’a vue grandir au fil des mois pour devenir la meilleure sélection nord-américaine lors du parcours de qualification de la CONCACAF.

Biello, qui supervise également la formation des moins de 23 ans, est une force tranquille et un bon tacticien qui doit trouver une oreille attentive chez Herdman. Ce dernier aime contrôler tous, on dit bien absolument tous les aspects entourant son équipe.

Biello est d’un naturel modeste et réservé, mais il est aussi capable de s’enflammer quand c’est nécessaire et il est surtout en mesure de mettre son poing sur la table pour défendre ses idées. Sa gestion de Didier Drogba chez l’Impact en 2016 en est une bonne preuve.

Longue attente

Pour le Montréalais, c’est la fin d’une très longue attente pour vivre les plus grands moments avec le Canada.

En effet, Biello a fait ses débuts sous l’unifolié en 1991 au sein de l’équipe des moins de 17 ans. Pendant sa carrière de joueur, il a obtenu quatre sélections entre 1995 et 2000.

Ça fait donc très longtemps qu’il attend ces moments d’émotion et il en a eu un avant-goût quand la formation s’est officiellement qualifiée, l’hiver dernier. 

Au cours de son séjour de neuf saisons comme adjoint, puis entraîneur, chez l’Impact, Biello en a gagné des championnats ; il sait donc ce que ça prend pour passer à la prochaine étape. Avec un club relativement jeune, cette figure fraternelle pourrait avoir un grand rôle à jouer sur le plan du contrôle des émotions. 

James Pantemis

Photo d'archives, USA TODAY Sports

  • Gardien
  • Kirkland
  • 25 ans
  • CF Montréal

La dernière année et demie n’a pas été facile pour James Pantemis, qui a gagné, perdu et récupéré le poste de gardien numéro un chez le CF Montréal. Le jeune homme issu de l’Académie de l’équipe s’est battu pour arriver où il est maintenant. 

Ça serait donc réducteur de dire qu’il a obtenu son billet pour le Qatar parce que son compatriote québécois, Maxime Crépeau, s’est fracturé une jambe.

Pantemis fait partie du programme de l’équipe nationale depuis les moins de 15 ans. Il a aussi été appelé pour une douzaine de matchs de qualification pour cette Coupe du monde même s’il n’a jamais joué. Il a également été l’homme de confiance de Mauro Biello avec la formation des moins de 23 ans qui s’est battue pour une qualification aux Jeux olympiques de Tokyo.

Une police d’assurance

Bref, Pantemis connaît le tabac avec le Canada et il a entièrement sa place avec cette formation. 

Cette saison, il a notamment obtenu quatre jeux blancs en 11 départs avec le CF Montréal et a contribué à la qualification de l’équipe pour les éliminatoires de la MLS. 

C’est une très bonne police d’assurance pour l’entraîneur-chef John Herdman. 

Kamal Miller

Photo d'archives, AFP

  • Défenseur
  • 25 ans
  • Scarborough, Ont.
  • CF Montréal

Pour Kamal Miller, porter les couleurs du Canada représente énormément en tant qu’enfant d’immigrant.

« Ça vaut tout l’or du monde pour moi. Mes deux familles ont immigré au Canada de Trinidad et Tobago et de la Jamaïque et n’avaient pas grand-chose à leur arrivée. 

« Le Canada m’a tout donné, j’ai eu une éducation, des soins de santé et c’est un honneur pour quelqu’un comme moi, qui ne viens pas d’un milieu facile, de porter les couleurs du Canada. »

Loin de la prison

Le défenseur a lutté à contre-courant pour devenir un élément important de la sélection nationale. Son enfance en banlieue de Toronto aura été un bon test.

« Je suis fier de moi. C’est fou parce que des fois, j’ai le sentiment que je ne devrais pas être là. J’ai tellement d’amis qui purgent des sentences de prison ou d’autres qui sont décédés en raison des armes à feu, je me sens chanceux d’être dans cette position. 

« À l’école secondaire, quand j’ai commencé à prendre le soccer plus au sérieux, je me suis demandé si je voulais traîner dehors ou faire mes devoirs à la maison, et c’est la possibilité de devenir professionnel qui m’a gardé dans le droit chemin. Mes amis qui voyaient ça m’ont protégé et m’ont gardé sur la bonne voie. »

Un honneur

Son dur labeur a été récompensé puisqu’il fait partie de l’élite du pays depuis son adolescence.

« J’ai joué pour le Canada pour la première fois avec les moins de 14 ans, puis avec les moins de 16 ans et les moins de 20 ans avant de rejoindre l’équipe senior. 

« Et maintenant, d’avoir la chance de représenter mon pays à la Coupe du monde, c’est le plus grand honneur qu’un joueur de foot peut recevoir. » 

Joel Waterman

Photo courtoisie

  • Défenseur
  • 26 ans
  • Langley, C.-B.
  • CF Montréal

Ne pariez jamais contre Joel Waterman, car vous risquez de perdre votre argent. Le défenseur du CF Montréal abat tous les obstacles qui se dressent sur son chemin.

Il est passé des rangs universitaires canadiens à la Première ligue canadienne (PLC), puis à la MLS et maintenant, il est e du portrait de l’équipe nationale.

« Je viens de loin, alors de trouver ma place aussi vite, c’est un peu surréaliste. C’est incroyable de faire partie des meilleurs joueurs au Canada.

Je veux aussi obtenir ma première titularisation, et je veux rendre tout le monde fier. »

Tape dans le dos

Il l’avoue lui-même, jeune, il ne rêvait pas de jouer pour le Canada, surtout qu’à l’époque où il jouait à l’université, il n’y avait plus d’issue par la suite, la PLC n’était pas encore né.

Il faut dire qu’il a grandi et qu’il s’est développé sur le tard. Il n’a jamais fait partie du programme national plus jeune.

« Je suis très fier de moi. Il faut parfois s’arrêter et regarder ce qu’on a fait, puis se donner une tape dans le dos.

« J’ai emprunté le chemin le moins fréquenté et j’ai été le premier à m’y rendre par cette avenue. Ça prouve que c’est possible de le faire. »

Il pense déjà à la Coupe du monde 2026 qui sera en partie jouée au Canada. Et il connaît le chemin à emprunter, le même qui l’a mené là où il se trouve aujourd’hui.

« Je sais très bien ce dans quoi je suis bon et ce dans quoi je le suis moins, alors je me suis concentré à développer mes forces, et j’ai fait beaucoup de travail avec la vidéo. » 

Ismaël Koné

Photo courtoisie

  • Milieu de terrain
  • 20 ans
  • Abidjan, Côte d’Ivoire (Montréal, Qc)
  • CF Montréal

C’est le joyau du CF Montréal. Il est apparu sur nos écrans radars il y a un an et demi. 

À peu près personne ne le connaissait, il arrivait du CS Saint-Laurent quand il a commencé à s’entraîner avec le club de la MLS qui lui a fait signer un premier contrat professionnel en août 2021. C’est réellement cette saison que son talent a explosé au grand jour quand il a obtenu plus de minutes de jeu, au point de devenir titulaire avec le Bleu-blanc-noir.

Koné est un milieu créatif qui est résolument porté vers l’atta-que avec une bonne frappe et beaucoup de talent balle au pied. Il a attiré le regard de John Herdman grâce à ses prestations inspirées et surtout parce qu’il est en mesure, avec un seul geste, de déstabiliser la défense adverse. 

Vers l’Europe

On comprend mieux pourquoi il attire l’attention dans les grandes ligues européennes.

Une bonne prestation lors de cette Coupe du monde pourrait lui permettre d’atteindre rapidement son objectif, qui est de jouer dans un championnat européen. 

Alistair Johnston

Photo d'archives, AFP

  • Défenseur
  • 24 ans
  • Vancouver, C.-B. (Aurora, Ont.)
  • CF Montréal

Enfant, Alistair Johnston rêvait toujours d’avoir un maillot de l’Angleterre à son anniversaire. Aujourd’hui, il porte les couleurs du Canada, ce qui témoigne des avancées de cette sélection.

« Quand j’étais jeune, le Canada n’était pas très bon, alors c’était plutôt difficile de s’identifier à cette équipe dont les matchs étaient rares à la télé. 

« J’ai grandi avec des parents d’origine britannique, alors je pensais que j’avais une meilleure chance de jouer pour l’équipe nationale d’Angleterre que pour le Canada. »

C’est en voyant des coéquipiers et des rivaux évoluer au sein du programme national qu’il a compris que c’était possible, et maintenant, il porte fièrement la feuille d’érable.

« Peu importe le nombre de titulari-sations que tu as, il ne faut jamais le tenir pour acquis et il faut que tu aies l’impression que c’est toujours la première fois. »

L’arrière du CF Montréal est bien conscient de la portée du Mondial et il compte bien en profiter.

« C’est un des plus gros événements sportifs au monde. Je me rappelle tous les matchs de la Coupe du monde de 2006, la première que j’ai suivie. 

« Je vais partager cette Coupe du monde avec des légendes comme Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, qui en sont probablement à leur dernière Coupe du monde. Ça aide à mettre les choses en perspective. »

Pas juste le hockey

Il souhaite aussi que ses coéquipiers et lui fassent tomber certaines idées préconçues.

« Tout le monde perçoit le Canada comme un pays de hockey uniquement. On va leur prouver qu’on est capables de jouer et que nous ne sommes pas seulement là pour compléter les cadres du tournoi. » 

LES AUTRES JOUEURS À LA FEUILLE D’ÉRABLE

MILAN BORJAN

Photo courtoisie

  • Gardien
  • 35 ans
  • Knin, Croatie (Hamilton, ONt.)
  • FK Crvena zvezda (Belgrade, Serbie) 

DAYNE ST. CLAIR

Photo courtoisie

  • Gardien
  • 25 ans
  • Pickering, Ont.
  • Minnesota United (MLS) 

ALPHONSO DAVIES

Photo d'archives, AFP

  • Attaquant 
  • 22 ans
  • Buduburam, Ghana (Edmonton, Ab)
  • Bayern Munich (Allemagne) 

STEVEN VITORIA

Photo d'archives, AFP

  • Défenseur 
  • 35 ans
  • Toronto, Ont.
  • Grupo Desportivo Chaves (Portugal) 

RICHIE LARYEA

Photo d'archives, AFP

  • Défenseur 
  • 27 ans
  • Toronto, Ont.
  • Toronto FC (MLS) 

ATIBA HUTCHINSON

Photo courtoisie

  • Milieu de terrain 
  • 39 ans
  • Brampton, Ont.
  • Besiktas (Turquie) 

MARK-ANTHONY KAYE

Photo courtoisie

  • Milieu de terrain 
  • 27 ans
  • Toronto, Ont.
  • Toronto FC (MLS) 

David Wotherspoon

Photo courtoisie

  • Milieu de terrain 
  • 32 ans
  • Perth, Royaume-Uni
  • St. Johnstone (Écosse) 

JONATHAN DAVID

Photo courtoisie

  • Attaquant 
  • 22 ans
  • Brooklyn, New York, É.-U. (Ottawa, Ont.)
  • OSC Lille (France) 

CYLE LARIN

Photo d'archives, AFP

  • Attaquant 
  • 27 ans
  • Brampton, Ont.
  • Club Bruges (Belgique) 

TAJON BUCHANAN

Photo courtoisie

  • Attaquant 
  • 23 ans
  • Brampton, Ont.
  • Club Bruges (Belgique) 

DAVID JUNIOR HOILETT

Photo courtoisie

  • Attaquant 
  • 32 ans
  • Brampton, Ont.
  • Reading (Angleterre) 

LIAM MILLAR

Photo courtoisie

  • Attaquant 
  • 23 ans
  • Toronto, Ont.
  • FC Bâle (Suisse) 

IKÉ UGBO

Photo courtoisie

  • Attaquant 
  • 24 ans
  • Londres, Royaume-Uni (Brampton, Ont.)
  • ES Troyes (France) 

LUCAS CAVALLINI

Photo d'archives, AFP

  • Attaquant 
  • 29 ans
  • Toronto, Ont.
  • Whitecaps de Vancouver (MLS) 

JONATHAN OSORIO

Photo courtoisie

  • Milieu de terrain 
  • 30 ans
  • Toronto, Ont.
  • Toronto FC (MLS) 

STEPHEN EUSTAQUIO

Photo d'archives, AFP

  • Milieu de terrain 
  • 25 ans
  • Leamington, Ont.
  • Porto (Portugal) 

LIAM FRASER

Photo courtoisie

  • Milieu de terrain 
  • 24 ans
  • Toronto, Ont.
  • KMSK Deinze (Belgique) 

DEREK CORNELIUS

Photo d'archives, AFP

  • Défenseur 
  • 24 ans
  • Ajax, Ont.
  • Panetolikos (Grèce) 

SAMUEL ADEKUGBE

Photo courtoisie

  • Défenseur 
  • 27 ans
  • Londres, Royaume-Uni (Calgary, AB)
  • Hatayspor (Turquie)
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.