/world/guerre-en-ukraine
Navigation

Les États-Unis aimeraient un début de négociation

Les États-Unis aimeraient un début de négociation
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les États-Unis exhortent l’Ukraine à être ouverte à des négociations de paix avec la Russie, mais Kyïv n’a aucun intérêt à ouvrir la porte aux discussions avec Moscou, estime un spécialiste.

• À lire aussi: En Ukraine, pour lutter contre les soldats russes

• À lire aussi: Seul Zelensky peut décider de l’ouverture de négociations avec la Russie, affirme Washington

« Depuis des mois, l’Ukraine remporte les victoires et reprend du territoire, alors quel intérêt aurait-elle à négocier ? Et pour négocier quoi ? La cession permanente du Donbas et de la Crimée ? Que la Russie puisse se réarmer et réattaquer le pays ? Ça n’arrivera pas », soutient Dominique Arel, spécialiste de l’Ukraine rattaché à l’Université d’Ottawa.

Pas d’ouverture

Si les États-Unis appellent l’Ukraine à être ouverte à des négociations de paix avec la Russie, c’est sur le terrain que tout va se décider, affirme celui qui est titulaire de la Chaire en études ukrainiennes.

« L’Ukraine a le vent dans les voiles après la reprise des territoires à l’est comme Kharkiv, et aussi maintenant Kherson. La Russie perd la guerre militairement, donc au point de vue diplomatique il n’y a pas d’ouverture », ajoute-t-il.

Le président ukrainien est ferme sur ses conditions : il veut le retrait des troupes russes de tout le territoire et les réparations des crimes perpétrés.

Pour François Audet, professeur à l’Université du Québec à Montréal et directeur de l’Institut d’études internationales de Montréal, il n’est pas étonnant de voir les États-Unis faire pression sur Kyïv pour entreprendre des pourparlers de cessez-le-feu.

« Le conflit qui stagne campe les positions russes et ukrainiennes et laisse la population très vulnérable à ce moment de l’année », explique-t-il.

Car l’Ukraine fait effectivement face à des défis importants, alors que près de la moitié de ses infrastructures énergétiques ont été mises hors d’usage à cause des bombardements russes intenses des dernières semaines.

« Cette stratégie délibérée de viser des infrastructures électriques à cette époque a justement comme objectif d’affecter la population civile. Le froid, mais aussi la capacité à cuisiner, notamment affecteront les civils », déplore François Audet.

Pas de pression

De son côté, la Maison-Blanche a réitéré vendredi que seul le président ukrainien Volodymyr Zelensky était en mesure d’approuver l’ouverture de négociations, rejetant toute notion de pressions américaines sur Kyïv.

« Nous avons également dit qu’il revenait au président Zelensky de dire si et quand il serait prêt à des négociations et la forme que prendraient ces négociations », a déclaré à la presse le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby.

Avec l’AFP

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.