/investigations
Navigation

Plus que deux candidats pour diriger la police de Montréal

Vous voyez cet article car vous êtes connecté.

Article réservé aux utilisateurs connectés. Se connecter

Plus que deux candidats pour diriger la police de Montréal
Photo d'Archives Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Il ne reste que deux candidats dans la course à la direction de la police de Montréal, dont l’issue sera connue jeudi, a appris notre Bureau d’enquête.

• À lire aussi: Fin des lecteurs de plaques à la Sûreté du Québec

• À lire aussi: Disparition d’un étudiant chinois à Montréal: les enquêteurs nagent en plein mystère

• À lire aussi: Gangs de rue: pas de couleur mais une identité

Après sept mois d’intérim et après plusieurs tensions internes au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), c’est jeudi que devrait être annoncé le nom de la personne qui dirigera l’organisation pour les prochaines années.

C’est lors d’une séance de la Commission de la sécurité publique que sera annoncé le nom de celui ou celle qui sera choisi pour occuper le poste laissé vacant par l’ancien chef, Sylvain Caron.

Sylvain Caron
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Sylvain Caron

Au moment d’écrire ces lignes, deux candidats sont encore en lice pour diriger le plus important service de police municipal du Québec, précisent nos sources. 

Il s’agit de la cheffe par intérim Sophie Roy, considérée à l’interne comme la favorite.

Sophie Roy
Photo d'archives
Sophie Roy

Son directeur adjoint, Vincent Richer, est aussi sur la courte liste du comité de sélection.

Vincent Richer
Photo courtoisie
Vincent Richer

Au moins trois autres personnes avaient soumis leur candidature : 

  • L’ancien assistant directeur au SPVM et actuel Inspecteur chez VIA Rail, Jean-Ernest Célestin, qui l’a par la suite retirée ; 
  • L’inspecteur Patrick Lavallée du SPVM, dont la candidature n’a pas été retenue, car il n’avait pas d’expérience en comité de gestion ;
  • L’Inspectrice-chef Brigitte Barabé du SPVM, qui n’a pas été retenue pour les mêmes raisons. 

Tension à l’interne

Or, plusieurs sources policières qui ne sont pas autorisées à parler aux médias indiquent que l’élimination de ces deux derniers a créé plusieurs remous à l’intérieur des rangs :

« L’Inspectrice-chef Brigitte Barabé est sur la liste d’éligibilité [pour devenir directrice adjointe] depuis bientôt deux ans et n’a toujours pas été promue. Cela lui a causé un tort, car elle n’a pas pu développer l’expérience de gestion exigée », affirme l’une de nos sources.

Pendant ce temps, en 2021, un directeur adjoint par intérim a été nommé alors qu’il ne détenait pas un baccalauréat, ce qui est pourtant une condition exigée pour le poste.

Cela ajoute aux tensions, indique une autre source au fait de la gestion interne au SPVM. 

Nous avons tenté de recueillir la version des faits de Mme Barabé et d’autres candidats, mais personne n’a rendu nos appels.

Après l’annonce par la Commission de la sécurité publique, le Comité exécutif devra entériner le choix du candidat retenu, suivi du Conseil des ministres, à Québec.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.