/news/society
Navigation

Affaire Julien Lacroix: «Je vis des moments pénibles et difficiles», explique Rosalie Vaillancourt

Affaire Julien Lacroix: «Je vis des moments pénibles et difficiles», explique Rosalie Vaillancourt
Stevens LeBlanc / Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Les derniers jours n’ont pas été faciles pour Rosalie Vaillancourt. Dans une story publiée pour ses abonnés Instagram, l’humoriste et jeune maman de 30 ans a confié qu'elle vivait présentement «des moments pénibles et difficiles mentalement».

• À lire aussi: Affaire Julien Lacroix et Tout le monde en parle: «Je me sens manipulée», affirme l'humoriste Audrey-Anne Dugas

• À lire aussi: L’humoriste Fred Dubé visé par des allégations d’agressions sexuelles par deux autrices

Assez discrète sur les réseaux sociaux dans les derniers jours, Rosalie Vaillancourt a fait une publication éphémère pour ses quelque 186 000 abonnés, leur disant dans quel état elle se trouvait. Sur une photo d’elle en compagnie de sa fille, Marguerite Auger Vaillancourt, elle a écrit:

«Je dois vous avouer que je vis des moments pénibles et difficiles mentalement en ce moment. Je n’ai rien publié depuis plusieurs jours et je suis fragile. Mais je suis très bien entourée. Merci à ma famille, mes amis.» 

  • La carte blanche Foisy-Bureau diffusée chaque jour en direct à 8 h 05 sur QUB radio:

«Merci pour tous vos messages d’appui, ça vient contrebalancer tous les messages haineux qu’on voit circuler, et qui ont un impact réel dans la vie des gens», a-t-elle ajouté. 

«Restons respectueux, cette histoire est difficile et complexe pour tout le monde impliqué.» 

Le récent reportage de La Presse et du 98,5, dans lequel certaines victimes de Julien Lacroix sont revenues sur leurs témoignages et ont dit regretter de l’avoir dénoncé, semble laisser des traces. 

Ancienne collaboratrice de Lacroix, Rosalie Vaillancourt y est citée – comme elle l’avait été en 2020 – dans l’enquête du Devoir. À l’époque, elle avait affirmé qu’elle ne se considérait pas comme une victime de Lacroix, mais qu’elle l’avait souvent vu commettre des gestes déplacés.

Dans le nouveau reportage de La Presse, l’ancienne gérante de Rosalie, Annie Parizeau, affirme que la jeune femme a elle aussi agi de façon vulgaire dans le passé.  

Le jour de la publication du reportage, Rosalie s’est retrouvée sur le plateau de l’émission On va se le dire. Elle a assuré qu’elle pensait avoir fait la bonne chose en dénonçant Julien Lacroix il y a deux ans, même si certains témoignages de victimes semblent avoir changé depuis. 

«J’espère qu’il n’y a aucune fille ce matin qui lise cela et qui se dise: “Ah finalement je vais garder cela pour moi”», avait-elle écrit sur les réseaux sociaux. 

L’humoriste a terminé sa story Instagram en disant qu’elle recommençait ses spectacles et ses tournages aujourd’hui (lundi), «à ma plus grande joie».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.