/world/pacificasia
Publicité

Christie's renonce à vendre aux enchères un squelette de tyrannosaure à Hong Kong

Christie's renonce à vendre aux enchères un squelette de tyrannosaure à Hong Kong
AFP


La maison d'enchères Christie's a annoncé lundi l'annulation de la vente controversée d'un squelette de tyrannosaurus rex à Hong Kong, le propriétaire ayant à la place décidé de le louer à un musée. 

Le squelette de 1400 kilos, surnommé «Shen», devait être mis aux enchères à partir de vendredi, selon Christie's, qui n'avait fourni aucune estimation du prix ni l'identité du vendeur. «Le consignataire a maintenant décidé de louer le spécimen à un musée pour qu'il soit exposé en public», a indiqué la société dans un communiqué à l'AFP. 

Des paléontologues avaient critiqué cette vente, et des doutes avaient également émergé quant au degré d'authenticité du fossile.

Shen, qui mesure 4,6 m de haut pour 12 m de long, est un mâle adulte ayant vécu il y a environ 67 millions d'années. Il avait été découvert en 2020 dans l'État américain du Montana.

Selon le «New York Times», les documents de vente ne précisaient pas clairement que Shen a été partiellement reconstitué à l'aide de répliques d'os provenant d'un autre dinosaure. Or, toujours selon le «New York Times», des ressemblances ont été remarquées entre le crâne de Shen et celui de Stan, un autre tyrannosaure adjugé en 2020 par Christie's pour 31,8 millions de dollars. Et le titulaire des droits de propriété intellectuelle sur Stan, le Black Hills Institute of Geological Research, a révélé que le propriétaire de Shen lui avait acheté des répliques du squelette de son dinosaure.

Selon les experts, il est rarissime qu'un squelette de dinosaure soit retrouvé entier. Un tyrannosaure compte environ 380 os au total mais, selon Christie's, seuls 80 os de Shen sont originaux.

Le projet de vente de Shen avait été qualifié de «mauvaise nouvelle pour la science» par Steve Brusatte, paléontologue à l'Université d'Edinburgh, même si Christie's avait assuré que la totalité du squelette avait été enregistrée en trois dimensions et mis à la disposition de la recherche scientifique.

«C'est triste que les dinosaures deviennent des jouets de collection pour la classe oligarchique», avait déploré M. Brusatte à l'AFP.

Thomas Carr, paléontologue américain, a pour sa part qualifié ces ventes d'«incontestablement nuisibles pour la science». «Une collection permanente et sécurisée garantit que les observations qu'un scientifique fait sur un fossile peuvent être testées et reproduites - alors qu'un fossile détenu commercialement n'a pas cette garantie», a-t-il expliqué.







Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.