/entertainment/tv
Navigation

Jean Lapointe s’est confié à son fils Jean-Marie dans une entrevue en prévision de sa mort

Le disparu s’est confié à son fils dans une entrevue réalisée neuf ans avant sa mort

Coup d'oeil sur cet article

Neuf ans avant sa mort, Jean Lapointe s’est confié à son fils, Jean-Marie, lors d’une entrevue diffusée, lundi soir, sur les ondes de TVA. Un entretien intimiste où l’acteur, chanteur et humoriste revient sur les moments marquants de sa vie. 

• À lire aussi: Le Québec pleure un de ses grands

• À lire aussi: Les fans de Jean Lapointe pourront assister à la cérémonie funéraire

Pour une dernière fois... Jean Lapointe, a été réalisé en 2013 et devait être diffusé seulement après son décès.

Croyant, Jean Lapointe avoue ne pas avoir peur de la mort, prédisant un grand party à son arrivée au paradis, où il a dit avoir hâte de revoir sa mère, ses deux frères, ses deux petites sœurs, mortes en bas âge, qu’il n’a pas connues, ses conjointes et toutes les femmes qu’il a aimées. Il a aussi hâte de retrouver son ami, « le beau géant » Félix Leclerc.

« Je vais certainement passer un bout de temps au purgatoire. Je crois avoir fait plus de bien que de mal. Ce n’est pas à moi de décider. C’est lui qui décidera », a-t-il confié à son fils, Jean-Marie.

Jean Lapointe, qui souhaitait mourir dans son sommeil, avoue avoir hâte de demander un bon scotch à Saint-Pierre, si la chose est permise.

« J’aurais aimé léguer ma foi à mes enfants, mais ils n’en ont pas tous voulu », a confié celui qui fréquentait le mouvement des Alcooliques anonymes

  • Écoutez l'entrevue de Jean Lapointe au micro d'Isabelle Maréchal via QUB radio :

Sur sa plus belle réussite, il cible l’ovation qu’il a reçue lors de son premier spectacle en solo, à la salle Maisonneuve de la Place des Arts, en 1977.

« Ce fut ma première ovation. Je pleurais. J’étais trop ému d’émotion. Mon gérant, Guy Latraverse, qui n’était pas né de la dernière couvée, avait réservé six autres soirées. Ce fut le point de départ d’une tournée », a-t-il raconté. 

Il indique qu’il a détrôné son ami Yvon Deschamps et qu’il a ensuite subi le même sort lorsque André-Philippe Gagnon est arrivé dans le décor.

Jean Lapointe avoue ne pas avoir été un bon père avec ses trois premiers enfants, Danielle, Michelle et Marie-Josée. Il admet que les longues tournées ont un peu miné sa relation avec ses enfants.

  • Écoutez l'entrevue avec Jean-Pierre Ferland à l’émission de Sophie Durocher via QUB radio : 

« J’étais très jeune et dans l’alcool. Je n’ai pas été bien fin avec Mado (Madeleine), ma première épouse. J’ai été plus près de Maryse, Jean-Marie, Catherine et Anne Élisabeth que j’ai eue avec Marie », a-t-il dit.

Jean-Marie, son fils, avoue avoir été affecté par l’amour du jeu de son père ; un segment d’entrevue où le père et le fils sont ébranlés.

« Le jeu, c’est une recherche de sensations et d’adrénaline. C’est un vice. Je n’ai jamais joué au-dessus de mes moyens, et des moyens, j’en ai eu, à un moment de ma vie. Ça m’a coûté une beurrée », a-t-il révélé.

La Maison Jean Lapointe, où il a séjourné, est sa plus grande fierté. Il aurait aimé, s’il avait eu une baguette magique, revenir à l’âge de 35 ans, alors qu’il était au sommet de sa forme.

« La vie a été trop bonne pour moi. J’ai été comblé, choyé et privilégié de la vie avec ce cadeau de Dieu de la Providence », a-t-il lancé, à la fin de cette rencontre avec son fils, Jean-Marie.

  • Pour une dernière fois... Jean Lapointe est diffusé sur le qub.ca

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.