/sports/hockey/canadien
Navigation

L’évolution du capitaine

Coup d'oeil sur cet article

Nick Suzuki a marqué 21 buts en 82 matchs l’an dernier. Avec le « C » de capitaine sur son gilet et à sa quatrième saison dans la LNH, Suzuki roule à un train d’enfer avec déjà onze buts à sa fiche après 18 rencontres.

• À lire aussi: Livre de Pierre Gervais: Gallagher et Suzuki défendent Ducharme

On l’écrivait dans l’édition de lundi du Journal. Suzuki et Caufield pourraient suivre les traces de Guy Lafleur et de Pierre Larouche en devenant le premier duo d’attaquants chez le Canadien à chacun obtenir 50 buts au sein de la même campagne. Le Démon blond et Larouche avaient réalisé cet exploit en 1979-1980.  

Questionné sur sa production actuelle de buts, le capitaine du CH ne s’est pas dit trop surpris. 

« Je peux marquer, comme je peux obtenir des passes. C’est ça que je faisais dans le junior, a-t-il rappelé. Je sais que je peux aussi marquer. Mais je ne l’ai pas fait à une cadence aussi élevée à mes trois premières saisons. Tant que j’aide l’équipe à gagner et que je fais les bons jeux, je serai heureux. »

Suzuki a regardé en direction de son ailier gauche pour expliquer ses statistiques à la hausse. 

« Je choisis probablement mieux mes endroits pour décocher des tirs, a-t-il dit. Les équipes adverses savent où Cole se retrouve sur la glace en tout temps. Je joue avec des gars qui réussissent de bons jeux. Kirby est également un bon passeur. Nous pouvons les trois placer la rondelle dans le filet. C’est une bonne recette pour nous trois. »

Rien d’impossible

Brendan Gallagher a atteint le plateau des 30 buts à deux reprises sous les couleurs du CH. Il l’a fait en 2017-2018 avec 31 buts et 2018-2019 avec 33 buts. À ses yeux, Suzuki a le potentiel pour s’établir comme un marqueur de 30 buts et plus. 

« Oui, il peut marquer 30 buts, même 40, a répliqué Gallagher. Il est une menace tous les matchs. Cole et Nick trouvent des façons de se démarquer même s’ils sont toujours surveillés par le meilleur duo de défenseurs et le meilleur centre défensif. » 

De l’amélioration

Pour Martin St-Louis, Suzuki n’a pas changé d’identité pour les premières semaines de la saison. Il explique son rendement par sa courbe de croissance. 

« C’est son évolution comme joueur de hockey, a-t-il noté. On remarque aussi l’évolution de Cole. Avec Dacher [Kirby Dach], il y a un autre bon élément au sein de ce trio. Nick ne pense plus à passer en premier. Ça donne des touches à Suzie dans les bonnes places. Cole n’est pas juste un tireur, il fait de bonnes passes aussi. Il y a une évolution de tout. » 

Dans le calepin...

La chute des Sabres

Il y a quelques semaines, on décrivait les Sabres comme une équipe Cendrillon. Après dix matchs, les Sabres avaient un dossier de sept victoires et trois revers. Mais les Sabres sont redevenus les Sabres. Avant leur passage à Montréal, l’équipe de Don Granato a perdu ses huit derniers matchs, les huit fois en temps réglementaire. 

Sans Hoffman

Mike Hoffman n’a pas participé à l’entraînement du CH à la veille du match contre les Sabres. Il a profité d’une journée de thérapies pour soigner une blessure au bas du corps. Le numéro 68 n’avait pas touché la glace en troisième période lors du gain de 5 à 4 en tirs de barrage contre les Flyers. 

Un possible rappel

Avec Jonathan Drouin à l’infirmerie et la blessure à Mike Hoffman, le Tricolore a perdu des plumes à l’attaque. Joel Armia, ralenti par un malaise au haut du corps, s’est rapproché d’un retour en participant à l’entraînement. Il portait toutefois un chandail bleu foncé, l’interdisant de contacts. Avec trois attaquants sur la touche, Martin St-Louis n’a pas fermé la porte à un rappel d’un attaquant du Rocket de Laval. Rem Pitlick serait l’un des candidats. 

Sur le bon chemin

Juraj Slafkovsky a récolté une passe en trois matchs depuis son retour d’une suspension de deux rencontres. Le Slovaque n’a pas dépassé le plateau des dix minutes face aux Flyers. Malgré cela, Martin St-Louis a parlé du premier choix au total au dernier repêchage comme un ailier qui se développait bien. 

« Juraj est un très bon jeune. Ses attentes personnelles, je ne les connais pas. Il peut vous dire des choses, mais il doit aussi en garder pour lui. Pour nous, nos attentes ne sont pas nécessairement le nombre de buts. On veut voir une progression. Ce n’est pas ce qui l’aidera aujourd’hui, mais dans le futur. » 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.