/news/education
Navigation

Menace de sanction contre les étudiants grévistes de l’UQAM?

Coup d'oeil sur cet article

Des étudiants en enseignement de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) qui ont fait la grève sont furieux contre l’établissement, qui laisse planer la possibilité de faire échouer leur stage à l’issue de la session d’automne.

« On cherche clairement à punir les étudiants ayant pris part à la grève des stages ces dernières semaines », estime Anne-Sophie Bendwell, membre de l’Association des étudiantes et étudiants de la Faculté des sciences de l’Éducation (ADEESE).

De la mi-octobre à la mi-novembre, des milliers d’aspirants professeurs étaient en grève pour revendiquer de meilleures conditions de stage, demandant notamment une rémunération et une meilleure protection contre le harcèlement durant leurs formations pratiques. 

Le 16 novembre, les étudiants ont décidé de mettre fin au conflit, admettant « des avancées significatives » de la part de l’UQAM. 

La Faculté des sciences de l’éducation de l’UQAM s’est notamment engagée à créer « un nouveau poste au Bureau d’intervention et de prévention en matière de harcèlement, exclusivement dédié à répondre aux situations de harcèlement en stage. »

Possible abandon

Mais les mesures de retour en classe, décidées vendredi par le Conseil d’administration de l’UQAM, sont venues mettre le feu aux poudres auprès des futurs enseignants.

« Si des journées de votre formation pratique ont été manquées, elles devront être reprises à l’intérieur du trimestre d’automne 2022. S’il n’est pas possible de reprendre ces journées [...], la mention X (Abandon) sera apportée à votre dossier », peut-on lire dans un courriel envoyé par l’UQAM aux étudiants en enseignement ce lundi.

« Nous avions finalement obtenu des gains et nous étions prêts à nous en satisfaire, explique Anne-Sophie Bendwell. Mais désormais, on nous menace de nous mettre en abandon, c’est une claque. »

Selon l’ADEESE, 750 étudiants seront pénalisés. Elle qualifie ces mesures comme « jamais vues à la suite de grèves étudiantes à l’UQAM ».

Contactée, l’Université assure que « moins de 50 étudiants seront touchés par la mesure abandon ». 

« La grande majorité des stages s’est poursuivie de manière conforme cet automne », assure Caroline Tessier, directrice du Service des communications de l’UQAM.

Un an de perdu

Nathan Lepage, étudiant en deuxième année de baccalauréat en enseignement secondaire, fait partie des étudiants impactés.

Nathan Lepage, étudiant en enseignement, aura une mention abandon apposée à son dossier après pris part à la grève des stages au cours des dernières semaines.
Youri Nabbad
Nathan Lepage, étudiant en enseignement, aura une mention abandon apposée à son dossier après pris part à la grève des stages au cours des dernières semaines.

« Comme j’ai fait la grève, il me sera impossible de finir mon stage avant la fin de la session d’automne, tel qu’exigé par l’UQAM, souligne l’étudiant. J’aurais donc une mention abandon pour ce semestre. Cela impliquera de repayer des frais de scolarité et d’avoir à rallonger mon parcours universitaire d’un an. »

Aurélie Lauzon (à gauche) et Aurégan Damourette (à droite) étudiantes en enseignement à l’UQAM, s’opposent à une décision de l’université de sanctionner les grévistes d’un possible abandon à leur session d’automne.
Chantal Poirier / JdeM
Aurélie Lauzon (à gauche) et Aurégan Damourette (à droite) étudiantes en enseignement à l’UQAM, s’opposent à une décision de l’université de sanctionner les grévistes d’un possible abandon à leur session d’automne.

« Est-ce qu’on peut se permettre de retarder l’entrée sur le marché de futurs professeurs, alors qu’on en manque cruellement ? ironise Aurégane Damourette, étudiante en adaptation scolaire. Il faut que l’Université revienne sur cette décision et que les étudiants aient des accommodements pour continuer leurs stages au cours de la prochaine session. »

Une assemblée générale de l’ADEESE est prévue mercredi à 16h30, où sera discuté la possibilité d’une nouvelle « grève générale qui dure dans le temps » selon ses représentants.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.