/news/health
Navigation

Encore trop de plomb dans l'eau de plusieurs écoles, en dépit d'une directive de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Près de deux ans après avoir testé la qualité de l’eau dans toutes les écoles, des milliers de buvettes et robinets sont toujours non conformes en raison de la présence de plomb. Les travaux pour corriger le tir traînent en longueur, malgré une directive de Québec à ce sujet.

• À lire aussi: Du plomb dans l’eau pour encore longtemps à Montréal

À la demande du ministère de l’Éducation, la qualité de l’eau a été analysée dans toutes les écoles de la province en 2020 et au début 2021. Résultat : environ 36 % des points d’eau des écoles publiques québécoises dépassaient la norme de cinq microgrammes de plomb par litre d’eau. 

Dans certains centres de services scolaires, la majorité des points d’eau étaient non conformes.

Des buvettes et robinets ont par la suite été condamnés alors qu’au-dessus de plusieurs autres, des affichettes indiquant qu’il faut faire couler l’eau au moins une minute ou 30 secondes avant de la boire ont été apposées, le temps d’effectuer les travaux requis.

Cette procédure inquiète des parents, qui se demandent à quel point cette directive est respectée par les élèves au quotidien (voir autre texte plus bas).

Il y a quelques mois, le ministère de l’Éducation a demandé aux centres de services scolaires d’exécuter tous les travaux sur les points d’eau non conformes pour la rentrée, indique son porte-parole, Bryan St-Louis.

La consigne concerne les points d’eau condamnés, mais aussi ceux pour lesquels il faut faire couler l’eau avant de la boire, précise-t-il.

Travaux non complétés

Or dans plusieurs écoles, les travaux ne sont toujours pas terminés.

Au centre de services scolaire de Montréal, 2357 points d’eau sont toujours non conformes (35 %) alors qu’à celui de la Capitale, à Québec, des travaux se font toujours attendre sur 483 robinets ou buvettes, selon des données transmises au Journal.

La situation a toutefois progressé à certains endroits.

Au centre de services scolaire de Laval, 953 points d’eau problématiques avaient été détectés en 2020, alors qu’il reste des travaux majeurs de plomberie à effectuer sur 65 d’entre eux.

À la fin août, le ministère de l’Éducation a demandé au réseau scolaire une reddition de comptes à ce sujet, mais les données qui sont en traitement ne sont pas encore disponibles, a indiqué M. St-Louis.

  • Écoutez la rencontre Lavoie-Montpetit avec Marie Montpetit, analyste politique sur QUB radio :

Des retards

Sur le terrain, le réseau scolaire se heurte à plusieurs obstacles, explique-t-on.

Tous les centres de services scolaires ont commandé des pièces certifiées sans plomb à peu près au même moment, ce qui a entraîné des retards, indique la porte-parole du Centre de services scolaire des Navigateurs, Louise Boisvert.

«Nous subissons également des délais d’installation de la part des entrepreneurs en plomberie», ajoute-t-elle.

Les buvettes qui ont été changées sont retestées et donnent parfois encore des résultats positifs, si bien qu’il faut remplacer d’autres pièces de plomberie et les retester à nouveau, ajoute-t-elle.  

Plomb dans l’eau : des travaux à faire

L’exemple des écoles du Centre de services scolaire de Montréal

2020-2021

  • Points d’eau conformes : 3693 (52 %)
  • Points d’eau non conformes : 3404 (48 %) 

Total : 7097 


2021-2022

  • Points d’eau conformes : 4410 (65 %)
  • Points d’eau non conformes : 2357 (35 %)

Total : 6767 

Source : Centre de services scolaire de Montréal, données transmises au ministère de l’Éducation en août 2022 dans le cadre d’un suivi sur les points d’eau non conformes.

Des parents et professeurs pas rassurés 

Des parents et enseignants s’inquiètent de constater que des buvettes et robinets dans plusieurs écoles n’ont toujours pas fait l’objet de travaux visant à faire disparaître toute trace de plomb dans l’eau.

Au cours des dernières semaines, des parents et membres du personnel ont contacté Le Journal à ce sujet.

Pour plusieurs, la consigne de faire couler l’eau avant de la boire «n’est pas rassurante». « On sait très bien qu’il n’y a aucun enfant qui fait ça », lance un parent, qui a toutefois refusé d’être identifié.

Au mouvement Je protège mon école publique, la porte-parole Patricia Clermont qualifie la situation d’« inacceptable ».« C’est vraiment préoccupant de constater que ce n’est pas réglé. Ça participe encore une fois à la dévalorisation du réseau public », affirme-t-elle.

La présence de plomb dans l’eau n’est d’ailleurs qu’un symptôme de la vétusté des écoles, au même titre que les préoccupations entourant la ventilation et la qualité de l’air, souligne-t-elle.

  • Écoutez la brève d’actualité avec Mario Dumont diffusée chaque jour en direct 16 h 35 via QUB radio :

Situation «banalisée»

À la Fédération des comités de parents du Québec, son président Kévin Roy est «surpris» d’apprendre que la situation «n’est pas encore réglée». «Ce que j’aimerais, c’est que les parents en soient au moins informés», dit-il.

S’il faut faire couler l’eau de certaines buvettes avant de la boire, «il faut s’assurer que les élèves respectent la consigne», ajoute-t-il.

De son côté, Sylvain Martel, porte-parole du Regroupement des comités de parents autonomes du Québec, constate que cet enjeu a été balayé sous le tapis à cause de la pandémie.

«Disons qu’il y a eu des choses plus graves et plus urgentes. Mais la situation est loin d’être réglée partout», déplore-t-il.

Les préoccupations sont aussi présentes dans les rangs du personnel, indique Line Camerlain, vice-présidente de la Centrale des syndicats du Québec. «On n’a pas d’informations sur l’avancement des travaux et ça crée de l’inquiétude», affirme-t-elle. 

À l’Alliance des professeures et professeurs de Montréal, sa présidente Catherine Beauvais-St-Pierre déplore que la situation soit «presque banalisée» dans les écoles. 

«On ne sursaute plus de voir une fontaine d’eau qui est condamnée avec un plastique dessus ou avec une affiche disant laisser couler l’eau pendant cinq minutes. [...] Mais l’objectif, c’est quand même que l’eau qui coule de chaque robinet soit potable», dit-elle.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.