/entertainment/tv
Navigation

Un documentaire présenté mardi à TVA: Francine Ruel et son fils Étienne se racontent dans «Reconstruire le lien»

Un documentaire présenté mardi à TVA: Francine Ruel et son fils Étienne se racontent dans «Reconstruire le lien»
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Francine Ruel et son fils Étienne se confient dans le touchant documentaire «Reconstruire le lien». 

La comédienne et autrice avait romancé leur histoire dans son roman «Anna et l’enfant-vieillard», qui a été adapté par François Archambault pour les besoins de la série «Anna et Arnaud», présentée cet automne à TVA.

La chaine permet de creuser davantage les enjeux de la consommation et de la dépendance en programmant ce documentaire réalisé et scénarisé par François Péloquin.

Il y a 29 ans, la vie d’Étienne a basculé lorsqu’il a été agressé sans raison dans la rue. Aujourd’hui âgé de 47 ans, il demeure fragile en raison de sa consommation de drogues dures, lui qui a passé 12 ans dans la rue, autant d’années au cours desquelles sa mère s’est fait un sang d’encre pour lui.

Francine Ruel aime son fils, mais après tant d’années à s’inquiéter de son sort, elle tend à lâcher prise pour demeurer en santé. Elle dit à la caméra qu’Étienne «est l’être le plus magnifique au monde, mais il ne le sait pas», ce qui brise le cœur. Il faut la voir regarder des photos de toutes les époques de la vie d’Étienne, avant les coups de feu, pour comprendre qu’il avait toute la vie devant lui.

C’est beau de voir la mère et le fils au potager. Comme Étienne a étudié pour devenir jardinier, il prodigue des conseils à sa mère. S’assoyant ensuite sur un banc pour mieux s’écouter, elle lui pose des questions au sujet de la drogue. Il lui dit que «ça calme tout, en général».

Étienne raconte plus tard: «Ma mère, [elle] décourage, elle m’encourage pas, d’après moi. Elle m’aime tellement qu’elle souhaiterait toute autre chose que ce que je vis. Dans le fond, elle veut tellement pour moi et je pense qu’elle ne sait pas nécessairement comment l’exprimer». Conscient de la déception de sa mère, il enchaîne: «Ah! C’est fait ça fait longtemps, ça», ce qui fend le cœur à nouveau.

Souhaitant qu’on parle davantage des bobos invisibles, tout ce qui a trait à la santé mentale, Francine assiste à un groupe de discussion de parents qui, comme elle, vivent avec un enfant aux prises avec des dépendances. Sous la supervision de Jean Robitaille, de la Maison Jean Lapointe, on fait la connaissance de Sophie et de Thierry, qui doivent composer eux aussi avec des enfants partis en vrille. Les deux livrent, comme Francine, un témoignage poignant qui laisse transpirer à la fois leur culpabilité, leur impuissance, les ratés du système et, surtout, l’espoir. L’espoir de voir leur enfant en détresse s’en sortir et le souhait qu’un lien demeure ou se retisse avec eux.

  • Produit par Pixcom, en collaboration avec Québecor Contenu, le documentaire «Reconstruire le lien» est diffusé ce mardi, à 21 h, à TVA. Il est aussi disponible sur TVA+.
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.