/sports/soccer
Navigation

Coupe du monde de soccer: cinq grandes surprises depuis 2002

TOPSHOT-FBL-WC-2022-MATCH08-ARG-KSA
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La victoire de 2 à 1 de l’Arabie saoudite aux dépens de l’Argentine à la Coupe du monde de soccer, mardi, relève pratiquement du miracle.

• À lire aussi: Qatar 2022: je regarderai quand même

• À lire aussi: Qatar 2022: tension à Doha

La bande de Lionel Messi a subi une leçon d’humilité, à Lusail, au Qatar. Selon le site spécialisé Transfermarkt, la valeur de l’effectif argentin frôle les 900 millions $. L’équipe saoudienne? Une fraction de ce montant, un total estimé à 35 millions $.

Ce n’est pas la première fois qu’un coup d’éclat de la sorte survient dans le rendez-vous le plus important du soccer international. Voici cinq résultats aussi surprenants datant des 20 dernières années.

France 0 - Sénégal 1 (2002)

La consécration a rapidement laissé sa place à la consternation dans le camp français. Après le premier triomphe de son histoire à la Coupe du monde, en 1998, l’Hexagone avait de grandes aspirations pour la compétition présentée en Corée du Sud et au Japon quatre ans plus tard. Dès leur premier duel, les hommes de Roger Lemerre ont subi la défaite face aux surprenants Sénégalais, qui en étaient à une première présence sur la scène mondiale. Papa Bouba Diop a été le seul à enfiler l’aiguille et la France a finalement terminé dernière de son groupe.

Italie 1 - Corée du Sud 2 (2002)

Lors de cette même édition ayant eu lieu en Asie, la Corée du Sud a vécu les plus beaux moments de son histoire dans le sport du ballon rond. Des victoires aux dépens de la Pologne et du Portugal lui ont permis d’accéder aux huitièmes de finale, mettant la table pour un duel en apparence inégal contre les Italiens. Les Sud-Coréens ont nivelé la marque à la 88e minute grâce à Seol Ki-Hyeon, puis Ahn Jung-Hwan a semé l’hystérie à Daejeon en touchant la cible à la 117e, éliminant les «Azzuris».

  • Écoutez l'entrevue de Benoit Dutrizac avec Dave Lévesque, journaliste sportif au Journal de Montréal en direct du Qatar sur QUB radio :

États-Unis 1 - Angleterre 1 (2010)

La une du quotidien «New York Post» du 13 juin 2010 est révélatrice : «Les États-Unis gagnent 1 à 1». Un peu moins de 60 ans après avoir surpris l’Angleterre à la Coupe du monde de 1950, les Américains ont refait le coup à leurs rivaux anglo-saxons. Une réussite de Clint Dempsey à la 39e minute a permis au pays de l’oncle Sam de soutirer un match nul crucial aux Anglais en Afrique du Sud. Les deux nations sont plus tard parvenues à s'extirper de la phase de groupe, mais ont été écartées de la compétition dès les huitièmes de finale.

Italie 0 - Costa Rica 1 (2014)

Depuis leur sacre en 2006, les Italiens n’ont jamais accédé à la phase éliminatoire de la Coupe du monde. Au Brésil en 2014, leurs tombeurs furent l’Uruguay et le Costa Rica. Mené par un Keylor Navas en grande forme entre ses poteaux, le petit pays d’Amérique centrale a porté un coup dur aux Italiens le 20 juin 2014. Le milieu offensif Bryan Ruiz a trompé la vigilance de Gianluigi Buffon à la 44e minute et «La Nazionale» a plié bagage quatre jours plus tard.

Allemagne 0 - Corée du Sud 2 (2018)

L’Allemagne n’avait aucune raison de ne pas viser la défense de sa couronne obtenue au Brésil lors de cette édition tenue en Russie. Ce rêve a toutefois rapidement tourné au cauchemar lorsqu’elle s’est inclinée en lever de rideau contre le Mexique et a frôlé la défaite face à la Suède. C’est toutefois la surprenante Corée du Sud qui a planté le dernier clou dans le cercueil de la «Mannschaft», qui n’avait jamais subi l’élimination dès la phase de groupes dans son histoire. Des buts de Kim Young Gwon, à la 93e minute, et de Heung-Min Son, à la 96e, ont scellé le sort des Allemands.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.