/sports/racing
Navigation

F1: la stratégie d’Alfa Romeo était «limite», selon Aston Martin

AUTO-PRIX-F1-BRA-PRACTICE
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Moins rapide qu’Aston Martin, Alfa Romeo a axé sa course sur ses adversaires, cherchant à leur nuire pour conserver la sixième place au classement des constructeurs lors du Grand Prix d’Abou Dabi. Une tactique attendue à Grove, qui a toutefois dénoncé les manœuvres à la limite de la légalité de l’écurie italienne. 

L’écurie de Lance Stroll montrait un retour en forme évident en fin de campagne, s’immisçant régulièrement au sein du top 8, voire du top 6. L’avance d’Alfa Romeo a fondu comme neige au soleil, de sorte qu’elle n’était plus que de cinq points à la veille du dernier GP de la saison.

Avec Sebastian Vettel qui s’élançait neuvième chez les verts, l’optimisme était bien présent. Stroll, 14e, partait également devant Zhou Guanyu (15e) et Valtteri Bottas (18e). Ainsi, la stratégie était évidente chez Alfa Romeo: mettre des bâtons dans les roues de ses rivaux pour les exclure du top 10.

Bottas et Zhou ont donc volontairement sacrifié leurs propres résultats en retardant leurs arrêts aux puits pour ainsi faire office de chicane mobile. Parfois jusqu’à la limite.

«Pour moi, [les pilotes Alfa Romeo] se sont complètement concentrés sur nous, a ainsi fait valoir le directeur d’équipe Mike Krack, dans une entrevue avec le site Motorsport. Certaines manœuvres étaient un peu à la limite, je pense, mais nous avions prévu que cela pourrait arriver. Donc, en amont, nous savions qu'il fallait être prudent lorsque nous les dépassions et je pense que nos deux pilotes ont plutôt bien géré la situation.»

Pas de frustration

Les huitième et 10e places de Stroll et Vettel à l’arrivée ont malgré tout permis de créer l’égalité, à 55 points partout. Le bris d’égalité est toutefois le meilleur résultat enregistré et Bottas, avec sa cinquième position au GP d’Émilie-Romagne, remporte la palme à ce niveau.

Malgré les 12 millions $ qui étaient en jeu, on refuse de se morfondre chez Aston Martin. En effet, cette septième place demeure un résultat encourageant, compte tenu du début de saison presque catastrophique de l’équipe.

«Nous ne devrions pas être frustrés par [ce résultat. Dans l'ensemble, c'est une excellente fin de saison, ça aurait pu mal se passer aussi. Donc, je pense que la frustration n'est pas appropriée.»

Rachetée par Lawrence Stroll en 2018, Aston Martin souhaite faire sa place à l’avant du peloton. En ce sens, de nouveaux investissements, des embauches massives et la construction d’une nouvelle usine devraient aider.

L’écurie remplacera par ailleurs Vettel, quadruple champion du monde et nouvellement retraité, par Fernando Alonso, deux fois champion.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.